Bisenius de retour chez les Condruziens Engis s’en va défier Templiers-Nandrin dimanche 4 décembre à 14h30

YA source Sudinfo.JPGDe retour à Engis cet été, Kevin Bisenius avait choisi de quitter Templiers-Nandrin en raison de l’arrivée de Jérôme Henrotte. Un choix qu’il ne regrette pas tant il se sent bien du côté d’Engis. Mais ce dimanche, il est bien décidé à faire tomber ses anciennes couleurs!

 

L’aventure de Kevin Bisenius du côté de Templiers-Nandrin n’aura duré qu’une seule saison. Suite à l’arrivée de Jérôme Henrotte, le gardien avait décidé de retourner à Engis, où il avait déjà évolué plusieurs saisons.

« Même si Claude Libert, le T1 de Templiers-Nandrin, m’avait assuré que le meilleur d’entre nous jouerait, je savais que je ne partais pas favori. Quand un coach fait venir un gardien, c’est pour le faire jouer. Or, je ne voulais pas courir le risque de passer ma saison sur le banc », explique celui qui n’en veut pourtant pas à son ancien mentor. « Au contraire, je dois le remercier car, à Engis, j’ai retrouvé tous mes amis.

C’est un véritable retour à la maison .» Mais Kevin garde aussi de très bons souvenirs de son année passée sous la vareuse condruzienne. « J’ai même encore des contacts réguliers avec Quentin Piette, le portier de la P4. Vu que le groupe a éclaté en fin de saison dernière, la plupart des joueurs sont partis .» Si à l’aller les deux formations n’avaient pas pu se départager (1-1), le gardien engissois espère bien venir chercher les trois points au Pery, dimanche.

« C’est toujours un peu spécial de retrouver son ancien club. Ici, ça l’est encore plus. Je veux gagner là-bas et prouver aux dirigeants qu’ils ont eu tort de ne pas me faire confiance .» Mais Kevin sait que ce ne sera pas évident pour autant. « Engis est dans une mauvaise passe actuellement (1 point sur 9). Mais je sais qu’on a les armes pour se relever. Notre problème est surtout offensif, car on ne parvient plus à marquer. Mais on a bien bossé à l’entraînement pour remédier à ça. » En face, les Templiers ne respirent pas la grande forme non plus.

« Je sais qu'ils ont beaucoup de blessés.

Tant mieux pour nous. Mais on doit rester vigilant, car les Condruziens réalisent une très belle saison .» D’ailleurs, Engis ne possède que trois points d’avance sur son adversaire. D’où l’importance de l’emporter. « Il faut gagner pour ne pas se faire rejoindre par Templiers-Nandrin, mais surtout pour rester accroché au wagon qui se bat pour une place dans le top, synonyme de tour final. C’est notre objectif depuis le début de saison et on va tout faire pour y parvenir », termine le gardien engissois.

Article de OLIVIER JOIE

Les commentaires sont fermés.