Le projet de logements publics refusé lors du Conseil Communal de Nandrin

source sudpresse JG CC.JPG

Logements sociaux rejetés à Nandrin: la conseillère de majorité Murielle Brandt se retourne contre son groupe

Article de J.G. édition en ligne 

Le projet de logements publics à Yernée-Fraineux est tombé à l’eau ce mardi suite au vote de l’opposition contre ce projet. Surprise : Murielle Brandt (cdH), conseillère communale de la majorité, a également voté non.

Coup de théâtre au Conseil communal de Nandrin ce mardi. Un des points abordé était la constitution d’un droit d’emphythéose pour la construction de huit logements publics dans la rue Tige des Saules, à Yernée-Fraineux. «  Ces logements découlent d’un plan global qui a pris source il y a huit ans  », déclare Daniel Pollain, échevin du logement. «  Le pourcentage de logements publics à Nandrin est très faible : 0,13 %, alors que le taux moyen de Wallonie est à 6,5 %.  »

L’échevin ajoute que si la commune ne répondait pas à ces plans d’ancrage, la commune s’exposait à des sanctions. «  Avec moins de 5 %, Nandrin va déjà être sanctionnée au niveau des subventions qui nous sont accordées, étant donné que nous avons moins de 5 % de logements  », dit-il.

Mais voilà : l’opposition a voté contre ce projet, ce qu’a également fait Murielle Brandt (cdH), conseillère communale de la majorité. Ce qui a provoqué des applaudissements parmi le public.

Retrouvez l’article complet dans la Meuse Huy-Waremme de ce jeudi.

Commentaires

  • Pour les riverains du quartier du Péry, on présumait bien que le point concernant l'emphytéose ferait l'objet d'un point très controversé lors de la séance du conseil communal de ce 21 juin 2016. C'est donc sans surprise que celui-ci a engendré un débat très sensible et à la fois tendu face à une majorité qui reste inflexible, imperméable et sourde aux critiques de tout un quartier qui s'oppose fermement au projet tel quel depuis 2 ans pour sauver le parc communal.
    A la fois, il est aberrant et incompréhensible de constater que le point à l'ordre du jour concernant l'emphytéose apparaisse à ce stade alors qu'il y avait déjà eu à 2 reprises une enquête publique. Par ailleurs, le permis d'urbanisme pour les logements sociaux avait été accordé par la région wallonne, et de surcroît le bourgmestre déclarait avoir conclu une emphytéose avec Meuse Condroz Logement dans le journal La Meuse du 15 avril.

    Les 2 groupes de l'opposition amenant un débat de fond ont enfin permis de soulever la question taboue sur la densité d'habitations par rapport au projet, qui ne représente pas moins de 42 hab/hect dans un quartier qui comporte une densité de 6 à 8 hab/hect, étant donné que l'enquête publique ne portait que sur la voie publique. Systématiquement, le débat a toujours été verrouillé du côté de la majorité pour obtenir un approfondissement et un éclaircissement sur ses objectifs finaux.

    Mr Pollain (échevin du logement) a refait toute la genèse du programme des habitations sociales mais n'a pas du tout convaincu l'opposition par ses explications des plus évasives sur la finalité de ce projet relié à une résidence-service dans le futur. Le flou artistique reste toujours de mise concernant le devenir de la villa du CPAS avec son cachet et sa valeur architecturale, implantée dans le parc et faisant partie intégrante du patrimoine de Fraineux.
    En conclusion, Mr Pollain a tout juste démontré une fois de plus que le projet comme présenté dans son état actuel n'est autre que l'arbre qui cache la forêt.

    Comment définir et qualifier une telle obstination et pareil entêtement de la part de la majorité à vouloir réaliser cette construction associée à une résidence-service sur le seul parc de la commune et seul poumon vert de Fraineux ?
    Les riverains se mobilisent depuis le début pour le maintien du caractère environnemental et écologique de l'ensemble du parc et ne comprennent absolument pas la position du groupe écolo se définissant comme défendeur de la nature et de l'environnement, mais qui avalise une dénaturation, voire une destruction majeure du parc, pour laisser une place dominante au béton.

    Tous les riverains présents dans la salle se sont montrés satisfaits par le constat qu'ils n'étaient plus seuls en croisade pour la sauvegarde de leur parc mais qu'ils sont à présents compris par tous les membres de l'opposition ainsi que par la conseillère de la majorité Mme Brandt (cdH). Fait assez rare, qui mérite d'être relevé, il y a eu des applaudissements dans la salle de la part du public après le vote négatif.

  • Si c'est une obligation de construire un certain pourcentage de logements sociaux dans la commune , quel endroit proposez-vous ?

Les commentaires sont fermés.