Nandrin,Un magasin dans le presbytère !

3 octobre 2014.JPG

Stéphanie Gustine a acheté l’ancienne maison du curé pour vendre des habits ethniques.

Le concept est original. Ici, pas de vitrine en front de rue, La Petite Boutique est plutôt bien cachée. 
Stéphanie Gustine, Tinlotoise d’origine, a acheté l’ancien presbytère pour y vendre des vêtements colorés et ethniques.
 
 
Pour accéder à La Petite Boutique de Stéphanie Gustine, un brin de curiosité est requis.
 Le magasin ne se trouve pas au bord de la route et ne possède même pas de vitrine.
 Il se trouve place Ovide Musin, à Nandrin. Il faut longer l’église et la maison se trouve tout au bout de l’allée.
 Malgré ce manque de visibilité, Stéphanie Gustine ne regrette pas son choix d’emplacement. «La Petite Boutique existe en réalité depuis mars 2013, j’avais déjà ma clientèle. 
À l’époque, j’étais installée dans une grange à Xhos (Anthisnes).
J’ai décidé de racheter l’ancien presbytère à Nandrin et depuis l’ouverture du magasin en septembre, je n’ai pas à me plaindre. 
Grâce à la pub sur Facebook et au bouche-àoreille,les gens viennent découvrir le concept. 
Être à l’écart et au vert apporte aussi de la sérénité », déclare Stéphanie Gustine (38 ans) qui a aménagé une partie de son rez-de-chaussée pour exposer ses collections.
Que peut-on trouver dans les rayons ? Des vêtements colorés,plein de peps, dans la même veine que Desigual. 
«C’est vrai que c’est dans le même esprit mais je n’aime pas la comparaison car les habits que je vends sont de meilleure qualité et bien moins chers », précise-telle d’emblée. 
Il y a aussi les hauts,robes, sarouels, salopettes, vestes, typiquement ethniques. 
Du S au XXXL et toujours colorés. «Les couleurs remontent le moral des gens. »
Stéphanie Gustine assure que les marques proposées ne se trouvent pas ailleurs dans la région liégeoise.
«J’ai négocié mes exclusivités », sourit-elle.
 Les petites filles trouveront aussi leur bonheur dans la collection été qui leur est dédiée.
 «Pratiquement tous les habits sont en coton, de marques françaises, et fabriqués au Népal, en Inde ou en Thaïlande », ajoute-t-elle.
On trouve par ailleurs des bijoux d’Espagne et de créateurs belges,des sacs, des foulards, des baskets bariolées et des chaussures en cuir hollandaises fabriquées à la main.
Ces dernières sont les pièces les plus chères (environ 150 euros).
 Le reste est très abordable. 
Comptez une trentaine d’euros pour une pièce (robe, tunique, blouse, jupe,sarouel, pull, poncho…), 59 euros pour un manteau doublé polaire, une dizaine d’euros pour un bijou (des boucles d’oreilles en origami par exemple).
 Notons que la collection automne-hiver 2013 est actuellement à -20 %.
La Petite Boutique n’ouvre que 3 jours par semaine (mercredi de 14 à 18h, vendredi de 18h à 20h30 et samedi de 14 à 17h), Stéphanie Gustine gardant en parallèle son job d’esthéticienne sociale en milieu hospitalier. 
La Nandrinoise réserve aussi son magasin pour les groupes de 5 à 10 personnes, à la demande. Infos : 0494/94.34.88.
 Article de ANNICK GOVAERS dans le journal La Meuse H-W du 3 octobre 2014 
 

Journal en PDF

Vendredi 3 Oct. 2014

Vendredi 3 Oct. 2014

Commentaires

  • Super article de La Meuse Huy-Waremme!
    Juste une petite précision, je n'ai pas acheté le presbytère...

  • Merci à La Meuse Huy-Waremme pour ce chouette article.
    Juste une petite précision, je n'ai pas acheté le presbytère...

  • Je trouve cette idée originale et bien, s'installer déjà dans un ancien presbytère est aussi une idée originale, et des vêtements hors du commun et colorés venant de ces pays là doit probablement attirés des clients , je souhaîte beaucoup de succès à cette charmante dame

  • J'ai découvert la petite boutique hier, génial, très bonne idée de concept
    accueil chaleureux, et de bons conseils .

Les commentaires sont fermés.