Voici la nouvelle carte de la pauvreté, commune par commune et à Nandrin !!!

Lien permanent

minimex nandrin 12 personnes.JPG

Article en ligne de Christian Carpentier

 

Voila un bilan dont, à trois mois désormais des élections du 25 mai, le gouvernement Di Rupo se serait bien passé. Il concerne la pauvreté en Belgique. Ou plus exactement le nombre de citoyens qui dépendent du minimex, qu’on appelle désormais poliment le « revenu d’intégration sociale » (RIS). Et ce bilan est reparti nettement à la hausse, en 2013, après deux années de relative stabilisation

Les constats qui suivent se basent sur les chiffres, tout chauds, calculés par le SPP Intégration sociale.

Au niveau des régions, Bruxelles arrive largement en tête, avec 4,8 % de minimexés en plus (28.677). Derrière, le phénomène est neuf : la Flandre paie le prix cash de ses restructurations à la pelle. En 2013, ses minimexés ont augmenté de 2,8 % (23.876), contre 2,5 % pour la Wallonie même si celle-ci bat toujours – et de loin – tous les records avec 45.848 minimexés pris en charge, soit à elle seule un peu moins de la moitié de l’ensemble du pays.

L’année 2013 est donc un très mauvais cru pour la pauvreté, après deux années de relative stabilisation. En 2012, le nombre moyen de minimexés n’avait augmenté que de 0,5 %, se permettant même le luxe de diminuer de 0,8 % en 2011.

Nombre moyen de personnes recevant le minimex, par mois, en 2013

Jaune: de 0 à 50
Vert: de 50 à 100
Bleu: de 100 à 1000
Rouge: plus de 1000
 

L’analyse, les cartes et les chiffres sont à découvrir dans notre journal numérique

Les commentaires sont fermés.