Animaux sur Nandrin

  • Interdire les colliers électriques à Nandrin aussi ?

    i2.JPGDi Antonio y pense.

    Certains propriétaires et dresseurs ne jurent que par eux. Les colliers électriques, que l’on vend dans les magasins animaliers mais aussi chez Decathlon par exemple, sont dans le collimateur du Conseil wallon du bien-être des animaux.

    Ces colliers dits « de dressage » ou « anti-fugue », permettent d’envoyer des impulsions électrostatiques ou de petites dé- charges électriques à votre animal, soit via télécommande à votre guise, soit lorsque celui-ci dépasse un périmètre défini par un câblage que vous avez installé dans le sol par exemple. Le problème, c’est que, depuis des années, ces systèmes font l’objet de critiques, traumatisant les chiens, leur causant des brûlures parfois très importantes au cou et surtout, n’ayant aucune efficacité sur l’obéissance réelle de l’animal mais sur sa crainte…

    Le Conseil wallon du bien-être animal s’est penché sur la problématique. Pour lui, « vu les risques importants en matière de bien-être animal et compte tenu de l’existence d’alternatives efficaces et moins risquées », il ne soutient pas l’usage de ces colliers et conseille d’en interdire l’utilisation.

    Un avis rendu au ministre wallon du Bien-Être animal, Carlo Di Antonio, qui a évoqué ces conclusions dans une réponse parlementaire. Les représentants des vétérinaires seraient quant à eux d’avis que la balance entre le bien-être animal et la sécurité penche en faveur du recours au collier, et préconisent donc son usage sous certaines conditions.

    TEMPS DE RÉFLEXION

    Un avis que ne partage pas Mortimer Van der Meeren, de la Croix Bleue de Forest et Floriffoux. « Nous ne nous en servons pas et n’en ferons jamais la promotion. Il y a d’autres techniques pour faire obéir un chien que la douleur et la violence.

    Je préfère demander trois fois gentiment, que d’avoir recours à ce type de méthodes ». Le ministre réfléchit actuellement et attend d’autres rapports quant à la problématique pour prendre une décision sur ce dossier.

     L.P.

    Info Sudinfo du 9 mai 2017

    1147395687.25.JPG

     

  • Après votre mort, une solution pour l’animal

    i2.JPGConfrontée sur les réseaux sociaux à de nombreux cas d’abandons à la suite de décès, Joëlle Parmentier, coiffeuse à Huy, a créé une page Facebook («Si tu m’aimes, met moi à l’abri» (sic!) autour d’une question souvent négligée: que devient le chien une fois que son maître décède?

    Pour la Hutoise, il faut rédiger un papier comprenant des possibilités d’adoption, de son vivant.

    « Je constate que, souvent, la famille abandonne l’animal ou le recase chez le premier venu, sans se tracasser.

    Je ne trouve pas ça respectueux envers la personne décédée. De plus, l’animal n’est pas un vulgaire mouchoir qu’on jette.

    Je propose donc que chaque maître convienne avec ses proches, où l’animal vivra quand il ne sera plus là. Il peut imaginer deux-trois possibilités de mise à l’abri.

    Il faut évidemment que ce contrat ait une valeur d’engagement, pour que ce ne soit pas une promesse en l’air» , souligne-t-elle.


    APPEL AU MINISTRE

    Au-delà de la sensibilisation, la Hutoise a été plus loin. Elle a obtenu, lundi dernier, un rendez-vous au cabinet du ministre wallon du Bien-Être animal, Carlo Di Antonio.

    « La rencontre avec ses deux adjointes s’est très bien déroulée.

    Elles nous ont assuré que l’animal ne sera bientôt plus considéré comme un objet mais comme un être sensible.

    Concernant notre projet, elles nous conseillent d’abord de contacter une société spécialisée en funérailles, assurance d’obsèques pour voir s’il est possible d’ajouter une clause au contrat où la personne inscrit ses dernières volontés concernant la garde des animaux.

    Elles me demandent aussi de tâter le terrain auprès des gens.

    Quand j’aurai des réponses, nous pourrons nous revoir» , rapporte-t-elle. Va-t-on légiférer?

    « C’est envisageable, oui .»

    Article ANNICK GOVAERS Source Sudinfo 

    jp facebook.JPG

  • Avis de recherche de Lilou à Nandrin

    chat.jpg

    Lilou s'est enfui de sa famille à NANDRIN lors d'un cambriolage.

    Venez nous aider à le retrouver.


    Date prévue : demain soir et vendredi vers 21h30.
    Merci de contacter Patricia au 0495/890.444.
    Il faut absolument le localiser et surtout le récupérer...

    info 

    Poils et Moustaches
  • Chats et chiens perdus des lecteurs de puce pour 142 communes wallonnes

    i2.JPGLes communes avaient jusqu’au 10 novembre pour déposer, auprès la Région wallonne, un dossier de demande de subside pour acquérir un lecteur de puce électronique afin d’identifier les chats et les chiens en balade sur leur territoire.

    144 d’entre elles, sur les 262 concernées, ont introduit une demande et 142 vont recevoir une subvention. « Les deux communes qui n’en bénéficieront pas ont rentré un dossier complet trop tardivement que pour pouvoir être pris en compte », a indiqué au parlement le ministre wallon du Bien-Être animal, Carlo Di Antonio.

    Liège, Charleroi, Tournai… La plupart des grandes villes ont effectué la démarche. Mons, Nivelles et La Louvière font figures d’exceptions, tout comme Waremme, Bastogne et Anderlues.

    Par ailleurs, 57 zones de police ont également décroché une subvention pour s’équiper d’un lecteur. « La date d’entrée en possession de ces lecteurs dépend des communes et zones de police ellesmêmes puisque c’est à elles d’organiser l’acquisition du ou des lecteurs au regard de la réglementation relative aux marchés publics », a précisé le ministre Di Antonio. La Région a dégagé un budget total de 51.450€.
    Le lecteur de puces électroniques coûte aux environs de 300 euros. À partir de ce 1er janvier, une banque de données va être mise en place pour identifier les chats, comme cela existe déjà depuis de nombreuses années pour les chiens. Jusqu’à présent, les vétérinaires – à de rares exceptions près – étaient les seuls à bénéficier d’un lecteur de puce.


    PLUS BESOIN D’UN VÉTO

    Grâce au subside régional, les services communaux et les policiers locaux pourront identifier eux-mêmes les animaux retrouvés sur la voie publique, pour autant qu’ils soient pucés. Gain de temps assuré.

    Article de Y H source Sudinfo 

  • «Un animal n’est pas un jouet», rappelle Di Antonio

    Chat.jpgSous le sapin, l’enfant déballe son cadeau. Un petit museau et une boule de poil apparaissent.

    Un chiot golden retriever!

    Quel beau cadeau, l’enfant pleure de joie, grand moment d’émotion…

    Eh bien méfiez-vous de cette idée géniale. Car cette boule de poils va vous demander du temps (pour les promenades), de l’argent (nourriture, vaccins, etc.), de la place, de la disponibilité, des voisins conciliants, et des tonnes de patience.

    Bref, n’achetez pas un animal, sur un coup de tête, comme cadeau de Noël.

    Alors que l’on va assister cette semaine à la grande ruée sur les cadeaux de Noël, le ministre wallon du BienÊtre animal Carlo Di Antonio (cdH) souhaite rappeler que, chaque année, plus de 56.000 chiens et chats sont recueillis dans les refuges en Belgique.

    Pour éviter ce triste constat, le ministre insiste sur l’importance de réfléchir à l’acquisition d’un animal de compagnie. «Ainsi, si l’idée peut sembler originale, il y a sans doute mieux à faire que d’offrir un animal par surprise! Plus qu’un cadeau, un animal est une responsabilité» , insiste-til.

    Son département lance ce mardi une campagne d’affichage auprès des refuges, des commerces et des vétérinaires. Le slogan: un animal n’est pas un jouet! Les pou
    voirs publics n’ont cependant pas le pouvoir d’interdire les ventes en périodes de Noël.


    EN PERSONNE! Àla SRPA de Liège, on insiste. Pas question d’offrir à l’adoption des chiens et des chats, comme «cadeaux surprises».

    «Le futur maître doit venir en personne voir l’animal au refuge» , insiste Fabrice Renard, inspecteur principal à la SRPA. « Si on apprend qu’une personne a cédé (ou donné) l’animal à autrui, elle s’expose àune amende de 500€.»

    À la SRPA de Charleroi, une grande affiche placée à l’accueil met les candidats à l’adoption en garde toute l’année en ces termes. «L’animal n’est pas un cadeau».

    «On n’accorde pas l’adoption si la personne qui s’occupera de l’animal n’est pas présente» , insiste Nathalie Van Namen, la responsable adjointe

    Article de F. DE H source Sudinfo 

  • La stérilisation des chats, mâles et femelles, domestiques ou errants, est obligatoire en Wallonie.

     i2.JPGEn 2013, 10.000 chats ont été euthanasiés sur les 32.000 recueillis dans des refuges. Il faut y ajouter les milliers de chatons tués à la naissance et ceux, abandonnés, qui connaîtront une vie de misère s’ils survivent.

    Rien d’étonnant puisqu’un couple de chats peut donner naissance à plus de 30 jeunes en un an et demi. Seule la stérilisation générale (hors élevage) peut limiter ce problème.

    L’obligation de stériliser en Wallonie était jusqu’ici à charge du propriétaire de la mère mais, comme cela ne fonctionne pas, c’est l’acquéreur qui devra désormais stériliser le chat ou la chatte qu’il achète ou reçoit, amendes à la clé. Le texte sera voté ce jeudi au gouvernement. Manquera encore l’arrêté d’application, attendu début 2017.

    Trop heureux de cette avancée majeure - la Wallonie est la première autorité à imposer une telle législation Gaia remerciera le ministre ce matin en lui offrant un cadeau très félin qui ravirait sans aucun doute les enfants sages... Mais chut, c’est une surprise! Hier le gouvernement bruxellois a lancé une campagne d’affichage décalée pour encourager lui aussi la stérilisation des chats (photo).

    Article de M.R source sudinfo 

  • La Journée du Chat le 19 novembre 2016 chez Faune et Flore à Nandrin

    Chers clients, à l’occasion de la Journée du Chat, en collaboration avec Royal Canin, profitez de nos nombreuses offres que vous trouverez ci-dessous.

    N’oubliez pas de vous inscrire sur www.journeeduchat.be, de choisir Faune et Flore comme magasin de référence, de choisir l’alimentation de votre chat et surtout de venir chercher vos sacs d’aliments le samedi 19 novembre muni du bon reçu par mail après inscription.

    2 SACS + 1 GRATUIT, c’est une fameuse offre !

     

    Source 

    Faune et Flore 

     

  • La vétérinaire se déplace à votre domicile

    Veto Nandrin.jpgPlus besoin de se rendre à son cabinet pour soigner votre animal

    Brigitte Baudoin est vétérinaire. Sa particularité ?

    La jeune Nandrinoise consulte à domicile, en gros, chez vous. Un concept fait sur mesure pour vos amis à quatre pattes mais aussi pour les personnes qui ne savent pas se déplacer… ou qui n’en ont pas envie.

    Pas toujours évident de faire entrer son chat dans sa cage de transport. Chacun à son petit caractère et quand votre animal de compagnie ne veut pas, il est souvent bien difficile de lui faire entendre raison. Surtout que les piqûres, ils n’aiment pas ça ! Alors comment faire ? Les forcer et les stresser en allant au cabinet du vétérinaire ?

    Pas nécessairement. Brigitte Baudoin, cette jeune vétérinaire, pratique à domicile.

    « J’ai exercé deux ans sur Liège, comme il y avait pas mal de cabinets, j’ai trouvé une manière de me démarquer », explique cette amoureuse des animaux.

    Installée depuis peu à Nandrin, la jeune femme a emporté son concept avec elle.

    « Ça apporte beaucoup aux animaux ! Je m’occupe surtout de chats et de chiens, parfois de lapins. Ils sont beaucoup plus calmes, moins stressés, ils sont dans leur environnement ça fait toute la différence. »

    Ce type de consultation englobe près de 80 % des activités qu’un vétérinaire fait à son cabinet.

    « Pour tout ce qui concerne les interventions plus conséquentes comme les chirurgies de convenance, enlever les petites tumeurs, détartrages ou tout ce qui nécessite une anesthésie importante, je les fais dans mes locaux, j’ai mes propres installations. Je peux transporter les animaux moimême. »

    La prise de sang se fait à domicile également. Nul besoin de parler pour communiquer avec les animaux et ça Brigitte Baudoin le sait mieux que personne.

    « Dès que j’arrive, on fait connaissance. Ils sont très vite attirés par ma mallette.

    Après quelques caresses et une petite friandise, on en sait déjà plus l’un sur l’autre et on peut passer aux soins. »

    En se déplaçant, cette vétérinaire, se rend mieux compte de la réalité du terrain et peut plus facilement cerner les maux de l’animal.

    « Pour la cystite par exemple, c’est plus facile de voir où habite le chat et comment sont disposées ses affaires. Ainsi je peux de suite conseiller un endroit où déplacer l’arbre à chats par exemple. »

    Le comportement de l’animal dans son habitat en dit long et peut être une aide pré- cieuse dans les diagnostics. La preuve des bienfaits sur les animaux ? « Je suis une des rares à ne pas m’être encore fait mordre », rigole la jeune femme.

    Au niveau pratique, une séance dure en moyenne 30 minutes.

    « Je suis un peu plus cher (quelques euros) qu’un vétérinaire classique mais ce n’est pas non plus excessif. Et je suis bien moins cher que ce même vété- rinaire en déplacement. » En somme vous pouvez compter entre 35 et 60 euros pour une consultation de base en fonction des soins à prodiguer. « Pour avoir un rendez-vous, ça peut aller de quelques heures à 2-3 jours.

    Je me déplace sur Nandrin mais aussi sur les communes avoisinantes comme Anthisnes, Modave, Tinlot, Engis etc. » Les consultations se font du lundi au vendredi de 9 à 19h.

    Vous pouvez contacter Brigitte Baudoin au 0494/76.42.60.

    Article de CYNTHIA CHAROT Source Sudinfo 

    Nouveau à Nandrin clic ici  une vétérinaire à domicile

     

  • Nouveau à Nandrin une vétérinaire à domicile

    Veto Nandrin.jpg

    Présentation de Madame Brigitte Baudoin ,par Madame Brigitte Baudoin :

    Cela fait maintenant 2 ans que je travaille en tant que vétérinaire à domicile.

    J'ai d'abord commencé à Liège et puis j'ai gardé le concept après m'être installée avec mon mari à Nandrin au printemps 2016.
    Je consulte sur Nandrin évidemment mais aussi sur les communes aux alentours: Neupré, Anthisnes, Tinlot, Modave, Engis...
    Pourquoi à domicile plutôt que dans un cabinet?
    Parce que les animaux sont nettement moins stressés ainsi (caisse de transport, voyage en voiture, salle d'attente...) et que c'est aussi plus confortable pour les "maîtres". Ou tout simplement parce que certaines personnes n'ont pas de moyen de locomotion ou savent difficilement transporter leur animal jusqu'à un cabinet vétérinaire.

    Les consultations à domicile peuvent être réalisées pour la plupart des cas de médecine générale ainsi que pour les actes de routine (vaccination, visite de contrôle, identification...). Dans le cas où la situation nécessite une anesthésie, je peux transporter l'animal jusqu'à mes installations. Il m'est alors possible d'effectuer les chirurgies les plus courantes ainsi que les détartrages par exemple.

    Info utiles:
    Point de vue horaires, je fonctionne uniquement sur rendez-vous.
    Pour me joindre: 0494/76.42.60
    Mon site: http://www.veterinairebaudoin.be

  • Nandrinois à qui appartient le chat trouvé rue sur les bois Fraineux Nandrin

    chat 1.jpg

    chat 3.JPG

    Ou prendre contact avec la blogueuse 0476211775

  • Attention Chat trouvé sur la route du Condroz Nandrin

    chat.jpg

    Petit chat trouvé route du condroz 149. Act Tif Coiffure.

     

    De retour dans sa famille merci du partage