Actualités Enfants

  • Récolte de jouets 17 novembre 2018, de 10h à 15h

    Lien permanent

    Récolte de jouets
    Comme chaque année, notre magasin de seconde mains « Amay’nagement » organise une grande récolte de jouets avant l’arrivée de la Saint Nicolas…

    Nous sommes à la recherche de jouets en bon état et complets. C’est le moment de faire du tri et de la place chez vous.

    Une ouverture exceptionnelle d’Amay’nagement pour la vente de jouets à petits prix aura lieu le 17 novembre 2018, de 10h à 15h.

    Merci d'avance pour votre générosité !

     

    Commune d'Amay clic ici

  • JouéClub Nandrin une journée de démonstration du Gravitrax® de Ravensburger ce samedi 13 Octobre de 10h à 16h.

    Lien permanent

    Votre JouéClub Nandrin est heureux de vous inviter à une journée de démonstration du Gravitrax® de Ravensburger ce samedi 13 Octobre de 10h à 16h.

     

    Le Gravitrax®, c’est la nouvelle façon d’apprendre et de jouer avec la gravité en construisant des circuits de bille modulables à l’infini. Set de départ, accessoires, et extensions, tout est prévu pour des heures et des heures de jeu pour les grands et les petits dès 8 ans!

     

    De plus, en collaboration avec Ravensburger, nous serons heureux de vous offrir une boite d’accessoire au choix pour tout achat du starter set Gravitrax® 

     

    N’hésitez pas à vous rendre sur la page Facebook de l’événement pour une courte vidéo et de plus amples informations: https://www.facebook.com/events/1962362870469111/

     

     

  • Une journée citoyenne pour les enfants « Place aux enfants »chez nos voisins

    Lien permanent

    « Ils pourront visiter des lieux inaccessibles en temps normal. On veut leur montrer les coulisses, l’envers du décor de ce qui nous paraît être un métier comme un autre. On veut leur faire découvrir le quotidien des personnes qui font leur commune », explique François Perniaux, animateur socio-culturel de Modave. « Ainsi, chez le vétérinaire, les enfants vont ausculter un animal. Le pharmacien va leur expliquer comment fabriquer un suppositoire et à la pompe à essence, ils prendront place derrière le guichet ».

    Le rendez-vous est donné à 8h45 où les parents et enfants prennent la route à bord d’un car communal. Pour cette édition, il est proposé aux enfants de choisir deux activités le matin parmi une pharmacie, une pompe à essence, les Ateliers de Dame Jo, le potager collectif de Strée, une coiffeuse, la police locale. Sur le temps de midi, tout le monde se réunit pour manger avec les policiers. Une surprise leur est même réservée. « Et l’après-midi, tous ensemble, on prend la direction du complexe sportif pour y découvrir un jeu coopératif. A longueur de journée, les enfants sont encadrés par des bénévoles », raconte François Perniaux.

    Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 octobre.

    PAR E.K.

     L'ACTU DE HUY WAREMME

     

    Article complet clic ici 

  • la marche aux lampions vendredi 26 octobre à Saint-Séverin ! (Nandrin )

    Lien permanent

    Ne manquez pas la marche aux lampions  vendredi 26 octobre à Saint-Séverin !

    Cette année, la féerie sera au rendez-vous : un spectacle de jonglerie de feu vous sera proposé sur le parcours (à condition que la météo ne soit pas trop capricieuse) !

    Hot-dogs et boissons vous seront proposés à des tarifs démocratiques.

    Les lampions (3 euros) doivent être réservés par courriel à reservations@comitescolairests.be avant le 12 octobre (paiement sur le compte BE90 0689 0073 2832 en mentionnant le nom (et la classe) de l’enfant ainsi que le nombre de lampions en communication).

    Trois départs sont prévus : à 18 h, 18 h 35 et 19 h 10. Point de départ : la cour de l’école communale de Saint-Séverin. Soyez présent 30 min avant l’heure de départ.

    N'hésitez pas à vous déguiser pour l'occasion !

    Marche aux lampions clic ici

  • Nandrinois attention Delhaize rappelle Trop de plomb dans des biscuits pour bébés

    Lien permanent

    Delhaize rappelle le produit « Baby biscuits 18M », de la marque du distributeur, à cause d’une teneur en plomb trop élevée, a indiqué mercredi la chaîne. Les produits concernés portent le code EAN 5400113505235, ont pour date limite de consommation le 25/02/2019 et ont été commercialisés depuis le 10 juillet dernier. Delhaize prie les consommateurs qui les auraient achetés de ne pas les consommer. Les baby biscuits peuvent être ramenés en magasin où un remboursement sera effectué. Les autres produits de l’assortiment « Alimentation pour bébé » ne sont pas concernés. Le service clients de la chaîne est accessible gratuitement au 0800/95.713

     

    Article complet clic ici

  • Toutes les écoles viennent de recevoir une circulaire

    Lien permanent

    Toi aussi, relooke ta cour de récré !

    Ce n’est pas la première fois que des experts s’intéressent aux cours de récréation. Depuis plusieurs années, la méthode du pédagogue Bruno Humbeeck, chercheur à l’Université de Mons, permet de faire chuter le taux de comportements agressifs dans les cours de récré. Il a « suffi » de réorganiser tout cela avec des règles précises : trois espaces sont délimités dans la cour, avec des lignes de couleur, une zone pour les jeux de ballon, une autre pour les jeux sans ballon et une dernière pour la conversation, «  l’activité à laquelle s’adonnent la majorité des enfants, car c’est une idée d’adulte de penser que l’enfant se défoule à la récréation : il va courir et crier pendant quelques dizaines de mètres, puis, ce sera fini  », explique M. Humbeeck. Plus de 400 écoles ont déjà mis sa méthode en pratique.

    Béton moche et triste

    Mais quelques lignes de couleur ne suffisent pas à métamorphoser un espace de béton moche et triste. «  Trop d’espaces extérieurs tristes et monotones sont encore à ce jour une réalité pour de nombreux enfants en Fédération Wallonie-Bruxelles  », voilà l’entame de la lettre que l’administration a envoyée à toutes les écoles. L’accompagne un document d’une septantaine de pages : « Ose le vert, recrée ta cour », édité par Goodplanet Belgium (l’ASBL encourage les générations à construire une société durable) qui a animé une réflexion collective impliquant des représentants du monde scolaire, extrascolaire, associatif et institutionnel. Ensemble, ils ont travaillé à la construction d’une vision d’avenir partagée de la cour de récré dans l’enseignement fondamental.

    Le bien-être des élèves se trouve aussi au cœur des 300 pages du Pacte pour un enseignement d’excellence. La qualité de vie à l’école est donc essentielle et vous seriez surpris de voir à quel point la cour de récré est un centre névralgique dans une école. «  Dans un espace plus vert, décoré, pensé de façon esthétique, les enfants sont au contact du beau et tendent davantage à apprécier et respecter l’environnement qui les entoure. Une cour aménagée, nature admise, répondant aux besoins fondamentaux des enfants a de grandes chances de faire diminuer les tensions dues à la promiscuité permanente et donc de favoriser un état psychique favorable aux apprentissages  », est-il écrit dans la brochure.

    Plantations

    Une cour de récré incitant à une grande diversité de jeux, qui permet à l’enfant d’exercer son autonomie, qui le pousse à la curiosité et à la créativité. Une cour de récré où l’enfant teste ses limites, où il peut expérimenter des règles et des rôles sociaux variés. Une cour de récré qui favorise la communication avec les autres et la construction de liens forts d’amitié, qui laisse aussi la place au repos et à la détente. Une cour de récré avec la nature pour structurer l’espace (haies, arbres…), pour reconnecter les enfants à la terre et aux cycles des saisons, pour stimuler un contact quotidien avec la nature et tous les bienfaits qui lui sont associés : «  Les plantations offrent un coin d’ombre naturel en été et laissent passer la lumière en hiver. Les feuilles ont un effet rafraîchissant et apaisant…  ».

    Moins simple qu’il y paraît à première vue, hein ? Même la « simple » mise en place d’aménagements naturels demande une sacrée réflexion (caractéristiques biologiques et écologiques du terrain, etc.). Bref, un document très utile de plus sur le bureau des directeurs... Ils ne sont pas près d’aller en récré, eux !

    Article de DIDIER SWYSEN

     

    Article complet et photo clic ici

  • Nandrinois : La bronchiolite est à nos portes

    Lien permanent

    L’hiver est à nos portes et s’annonce déjà le retour des infections respiratoires. Notamment de la bronchiolite à laquelle sont particulièrement sensibles les bébés et les petits enfants. Il faut savoir que cette infection peut entraîner de graves complications.

    C’est pour cette raison que le professeur Raes en collaboration avec la société biopharmaceutique Abbvie a mené une analyse de 13 ans de données épidémiologiques récoltées sur le VRS. Verdict : le professeur a pu définir le moment dans l’année où il convient d’être vigilant. Le début de la saison du VRS commence aux alentours de la 41e semaine. Cette année, ce serait vers le 8 octobre.

    PAS DE TRAITEMENT Le VRS

    est un virus extrêmement contagieux, qui provoque chaque année une épidémie mondiale d’infections respiratoires chez les jeunes enfants. Mais alors qu’il prend la forme d’un simple rhume chez l’adulte, il peut se manifester plus sérieusement chez les plus petits. Le Virus Respiratoire Syncytial est responsable de 60 à 75 % des bronchiolites.

    Et chaque année, 3500 bébés de 0 à 12 mois sont hospitalisés en Belgique suite à ce virus. Il n’y a cependant pas de traitement curatif ni de vaccin.

    Il est donc important que les jeunes parents observent certaines règles pour protéger leur enfant.

    Le professeur Raes insiste sur le fait qu’il convient de se laver régulièrement les mains. Pendant la période durant laquelle sévit le VRS, n’hésitez pas à aérer les pièces de votre habitation, à désinfecter les jouets, à éviter les lieux publics ou fermés comme les supermarchés.

    Demandez à votre famille et vos amis d’éviter de vous rendre visite s’ils sont enrhumés.

    Si la saison du virus devrait démarrer entre le 8 et 21 octobre, la fin est plus variable et peut s’étendre de janvier à avril. 

    Source 

  • Conférence sur le harcèlement scolaire le 1 er octobre 2018 sous réservation

    Lien permanent

    Bruno Humbeeck est Psychopédagogue et Docteur en sciences de l'éducation. Il est chargé d'enseignement à l'Université de Mons et responsable du Centre de Ressource éducative pour l'Action Sociale (CREAS).
    Il travaille sur des projets de recherche portant sur les relations école-famille et société au sein du Centre de Recherche en Inclusion Sociale. Expert de la résilience, il est l'auteur de publications sur l'estime de soi, la maltraitance, la toxicomanie et la prise en charge des personnes en rupture psychosociale
    Lundi Le 1er octobre : de 19:00 à 21:00

    réservation Abbaye de Flône
    Chaussée Romaine N°24540 Amay
    Téléphone :0479554972 - Réservation obligatoire
    5 euros
    Public :à partir de 12 ans
    Internet :http://www.facebook.com/parentsdeflone/

  • Accueillantes d’enfants enfin salariées : « Ça change la vie ! »

    Lien permanent

    Enfin de meilleures conditions de travail

    S e lever aux aurores pour débuter sa journée avant tout le monde et la terminer à 19 heures : le quotidien des accueillantes d’enfants n’est pas de tout repos. Cela fait depuis les années 80 qu’elles réclament un véritable statut. C’est enfin chose faite.

    Un premier groupe vient d’adhérer au statut de salarié. Un projet pilote qui devrait ensuite s’étendre à l’ensemble du secteur.

    En décembre dernier, Alda Greoli lançait le projet pilote concernant le statut des accueillantes d’enfant. Actuellement dans un statut précaire de conventionné, ces dernières pourraient se voir offrir un contrat salarié par la Région wallonne.

    Avant la mise en place d’une telle mesure, prévue pour 2019, une série de tests sont menés actuellement. Deux groupes ont donc été formés grâce au concours de l’ONE. Un premier échantillon où 190 des 200 postes prévus ont déjà été attribués.

    Sur ce nombre, 114 contrats de travail ont été signés entre avril et août. Un joli succès pour ce premier appel du secteur. Le second est un peu moins convaincant.

    Seules 28 candidatures ont été retenues et 16 contrats de travail signés. Le service presse de la ministre précise qu’une date butoir pour l’inscription n’a été arrêtée ce qui explique peut-être le manque de candidats.

    Sans compter que la communication s’est centrée jusqu’ici sur les accueillantes déjà en fonction.

    Mais cela va évoluer. En effet, pour 2019, une campagne publicitaire orientée vers les nouveaux accueillants est en préparation.

    « Mais les retours sur le terrain évoquent une grande satisfaction du statut. Sécurité du travail, sécurité financière et reconnaissance du métier sont le plus souvent évoquées par les bénéficiaires du statut de salarié », se réjouit, le porte-parole de la ministre Greoli. Plus de 2.600 personnes sont concernées par ce nouveau statut qui devrait changer le quotidien des accueillantes, jusque-là indépendantes.

    Elles ne bénéficiaient donc d’aucun jour de carence, congé maladie, congé payé ou pécule de vacances. Sans compter qu’un tel statut ne motivait pas la jeune génération à se lancer dans le secteur qui est pourtant en pleine expansion.

    Près de 10.000 enfants belges fréquentent ce service chaque année.

    Mais lorsque l’on sait que quand il y a une épidémie de grippe et pas d’enfants à garder pendant un mois, elles ne percevaient rien, il était grand temps de proposer une solution à celles et ceux qui ont pourtant un rôle essentiel auprès des bambins.

    MÊME DES CONGÉS PAYÉS

    Depuis 26 ans, Sylvie Derbaix à Haulchin (Hainaut) se contente de ce statut de conventionnée mais depuis juin dernier, et l’arrivée du statut de salariée, elle revit ! « Ça a changé beaucoup de choses.

    Je n’ai plus de soucis au niveau financier. En juillet par exemple, j’ai beaucoup de parents qui sont enseignants alors c’était toujours le mois de vache maigre.

    Mais ici, j’ai été payée et j’ai même eu des congés payés !

    Ça m’a changé la vie ! » Même si elle reconnaît que le salaire n’est pas très élevé, Sylvie Derbaix ne voudrait revenir en arrière pour rien au monde.

    « C’est surtout le fait que je n’ai pas cette angoisse du mois suivant. J’ai 1.776 euros par mois aujourd’hui.

    Je n’ai pas beaucoup moins en tant que conventionnée. Je pouvais avoir 1.600 euros mais ces mois-là étaient rares, c’est peut-être trois par an. Car il y a les congés, les maladies… », explique-t-elle, avant de répéter : « Ça change vraiment la vie ! »

    Article de  FANNY JACQUES

    Source 

    info sp si.JPG

     

  • Le Patro 4 Horizons Nandrin a repris ses activités tous les samedis plus d'info ici

    Lien permanent

    PATRO 4 HORIZONS (2).PNG

  • Académie " Marcel Désiron " inscriptions jusqu'au 30 septembre 2018

    Lien permanent

    Implantation ECOLE COMMUNALE – SAINT-SÉVERIN    Rue d’Engihoul, 13 4550 Nandrin

     

    Implantation ECOLE COMMUNALE – VILLERS-LE-TEMPLE Rue Pierco, 2   4550 Nandrin

    http://www.academieamay.com/

  • Vente de lasagnes artisanales par le Comité Scolaire de Saint-Séverin

    Lien permanent

     

    Vente de lasagnes artisanales

    1 pièce (400 g) = 4 euros.

    Commandes et paiement à effectuer pour le 8 octobre (paiement UNIQUEMENT par virement sur le compte du comité scolaire BE90 0689 0073 2832 en mentionnant le nom et la classe de l’enfant ainsi que le nombre de lasagnes).

    Livraison à l’école : le 24 octobre dès midi.

    N’hésitez pas à en proposer aux membres de votre famille, à vos voisins, amis, collègues…

     

    Les bénéfices de cette vente serviront à financer les différents projets du comité scolaire au profit des enfants de l’école.

    Merci de votre participation !

     

    Comité Scolaire de Saint-Séverin (Nandrin)

     

    lassagne.JPG

  • Marche ADEPS par Les scouts de Nandrin aujourd’hui 16 septembre 2018 de 8h à 18h

    Lien permanent

    Marche Adeps - Points verts organisée par Les scouts de Nandrin - Tinlot

    DIMANCHE 16 septembre 2018 de 8h à 18h

    DÉPART:
    Rendez-vous dans les locaux de l'école Saint-Martin de Nandrin - Rue de la Rolée à 4550 NANDRIN.

    PARCOURS:
    Des parcours boisés de 5 , 10, 15 et 20 km.
    Selon les distances, les parcours traverseront les entités de Nandrin, Tinlot ou encore Anthisnes. Durant toute votre promenade, vous profiterez de paysages ruraux et boisés typiques du Condroz.

    HORAIRE:
    Secrétariat ouvert de 8h à 18h.

    A L’ARRIVÉE:
    Après le sport, le réconfort! Les Scouts de Nandrin vous réservent un accueil chaleureux autour d'un petit verre... Au programme: sandwiches maison, bières spéciales régionales et pâtisseries! 
    L’entièreté des gains récoltés servira aux projets et animations menés dans les différentes sections de l'Unité scout de Nandrin -Tinlot. N'hésitez donc pas à venir en nombre!!

     

    Marche Adeps Nandrin


     · Organisé par Scouts de Nandrin 20OA

  • Nandrinois attention ils sont plus tôt !!!

    Lien permanent

    Les poux n’ont jamais été aussi nombreux et arrivent avec trois mois d’avance: les enfants encore plus touchés à cause... des selfies!

    Nous ne sommes même pas à la fin de la première semaine de la rentrée que des parents ont déjà reçu des mots pour annoncer que les poux étaient déjà dans l’école. « C’est extrêmement tôt, on est quasiment trois mois à l’avance. Contrairement aux années précédentes, cet été chaud n’a pas permis d’endiguer ces vilaines bêtes. On peut même dire que les poux ont fait des ravages durant juillet et août car les enfants en camp ou en plaine ont partagé leur casquette sous les fortes chaleurs », nous explique Nicolas, un médecin. « Et cette rentrée pluvieuse n’a pas aidé. »

    Et l’une des raisons de cette recrudescence de poux ? Les selfies !

     Voici pourquoi.

    Nous ne sommes même pas à la fin de la première semaine de la rentrée que des parents ont déjà reçu des mots pour annoncer que les poux étaient déjà dans l’école. «  C’est extrêmement tôt, on est quasiment trois mois à l’avance. Contrairement aux années précédentes, cet été chaud n’a pas permis d’endiguer ces vilaines bêtes. On peut même dire que les poux ont fait des ravages durant juillet et août car les enfants en camp ou en plaine ont partagé leur casquette sous les fortes chaleurs  », nous explique Nicolas, un médecin. «  Et cette rentrée pluvieuse n’a pas aidé. Casquettes, chapeaux, bonnets, gilets à capuche… étaient de la partie. Autre problème : le succès des écrans. Regrouper autour d’un smartphone pour regarder une vidéo ou pour faire une photo, voilà le régal des poux  ».

    Trop de négligence

    Du côté des officines, on pointe deux autres éléments. « L’une des raisons de cette recrudescence tient aussi à la résistance des petites bêtes qui s’immunisent contre les produits contenus dans les shampoings. Ces solutions finissent donc par ne plus y réagir », analyse Sandrine, une pharmacienne. « Mais le manque de rigueur des parents joue aussi un rôle dans cette invasion. Et cette négligence a d’autant été plus importante en raison des vacances. Une seule lente restée vivante et tout est a recommencé. Il faut donc être minutieux et bien nettoyer tous les textiles. C’est contraignant mais sans cela, le traitement ne sert à rien ».

    Entre les anti-poux insecticides, asphyxiants et aux huiles essentielles, les pharmaciens recommandent les asphyxiants. « Ils étouffent le pou qui est ensuite tué sous l’eau. C’est 100 % efficace et moins chimique pour l’enfant. Il est toujours conseillé de faire une 2e application du produit une semaine après un 1er traitement », conclut Sandrine.

    Dernière solution. Pour lutter contre cette propagation, un centre de traitement anti-poux est sorti de terre l’an dernier à Bruxelles. On vient même de France pour y être soigné. Une séance chez « No pou » dure en moyenne une heure et demie.

    « NO Pou », Un centre unique

    « Nos machines combinent chaleur et air ventilé. Grâce à leurs embouts applicateurs à usage unique, elles envoient de l’air chaud à un débit précis. Cela déshydrate les lentes et les fait mourir », explique Laurence Rivet, la fondatrice. Une technologie accessible dès quatre ans. Les tarifs dépendent, eux, de la longueur des cheveux. Il faut compter 89 euros pour des courts, 109 euros pour des mi-longs et 129 euros pour des longs. Des packs, plus avantageux, sont disponibles pour les familles. Une garantie de 7 jours est toujours comprise dans le prix.

    Article de ALISON VLT.

    Article Complet clic ici 

  • Bonne rentrée 2018-2019 aux enfants à Nandrin et d'ailleurs

    Lien permanent

    La rentrée des classes sonnera dans quelques minutes.

    Certains vivront le tout premier jour de leur parcours scolaires.

      

    D’autres retrouveront leurs camarades au terme de deux mois de vacances.

    Je vous souhaite à toutes et à tous une excellente rentrée, ainsi qu’à vos parents mais également aux membres des équipes pédagogiques qui mettront tout en œuvre pour vous accompagner pendant cette année scolaire !!!

    Implantation de Villers-le-Temple :
    Rue J. Pierco, 2 - 4550 Villers-le-Temple
    Tél / Fax : 085/51.12.33

    Implantation de Saint-Séverin :
    Rue d'Engihoul, 11 - 4550 Saint-Séverin
    Tél : 04/371.41.35

    ecole@nandrin.be

    Ecole Saint-Martin  
    https://www.saintmartinnandrin.be/ecole/
    École primaire
    Adresse : Rue de la Rolée 2, 4550 Nandrin
    Téléphone :085 51 21 28

     

    LE PETIT DÉJEUNER, LE MUST DE LA RENTRÉE

    Pas d’impasse sur le petit déjeuner!

    Son importance est capitale pour les enfants comme pour les adultes.

    Démonstration à la lumière de trois travaux scientifiques qui ont comparé des groupes de personnes prenant chaque jour un petit déjeuner à des groupes de personnes ne prenant jamais de petit déjeuner. La première étude concerne les écoliers.

    Les performances scolaires des enfants qui déjeunent chaque matin sont significativement meilleures que celles des enfants qui ne prennent pas de petit déjeuner.

    La composition de ce repas joue également un rôle.

    Un bon apport en céréales complètes a un impact positif alors qu’un apport de sucre a l’effet inverse. La deuxième étude concerne des femmes de 18 à 45 ans.

    Première constatation, inattendue, l’apport calorique journalier total est comparable dans les deux groupes.

    Par contre, chez les femmes qui prennent un petit déjeuner, la qualité nutritionnelle de l’alimentation journalière est meilleure et la consommation de fruits, de céréales complètes, de fibres, de calcium, de folate (une vitamine essentielle, surtout pour les femmes en âge de procréer) est plus élevée.

    De plus, lorsqu’elles sont sujettes au stress chronique, les femmes qui ne déjeunent pas consomment plus de calories vides (*) et consomment plus de sucres ajoutés le soir.

    La troisième étude, juste publiée, concerne des adultes, hommes et femmes, et montre que le fait de systématiquement sauter le petit déjeuner augmente de 35% le risque de développer une maladie cardiovasculaire.

    Ce qui en fait un facteur de risque cardiovasculaire plus important que l’obésité et la sédentarité mais plus facile à corriger ! (*) le terme “calories vides” désigne des aliments qui apportent des calories mais qui n’ont pas de valeur nutritive car ils ne contiennent pas d’éléments essentiels tels que protéines, vitamines et minéraux.

    Il s’agit d’aliments très concentrés en sucre ou en graisse, comme par exemple chips, sodas, bonbons…

    (Sources: Ptomey et al, 2016 – Widaman et al, 2016 – Sharma et al, 2018)

     

    3 CONSEILS ANTI-STRESS POUR LA RENTRÉE aux familles 

     Se coucher tôt et se lever tôt

    Notre corps à besoin d’un nombre suffisant d’heures de sommeil pour se restructurer après une journée bien remplie. Un sommeil réparateur débute avant minuit et suit le même horaire chaque jour. Se lever tôt évite la course effrénée pour partir à l’école, au travail…

     Faire un planning

    Avec une bonne organisation, moins de risque de stress. On sait ce qu’on a à faire et quand. Commencez par les tâches moins agréables, elles seront plus légères si elles sont bien planifiées et rapidement effectuées.

    Évitons la procrastination!

     Prendre du plaisir

    Il est impératif de se ménager un peu de temps pour ce qui nous fait vraiment plaisir: un jeu avec les enfants, une promenade, une séance de relaxation…

    Source info 

  • Nandrinois :Une liste à conserver précieusement.

    Lien permanent

    La rentrée scolaire arrive, il est déjà temps de penser aux prochaines vacances: voici la liste des congés de l’année scolaire 2018/2019

    Alors qu’arrive tout doucement la rentrée scolaire, ce lundi 3 septembre, il est déjà temps de faire le point sur les congés scolaires !

    Pour déjà repérer les longs week-ends et se programmer quelques jours de vacances…

    Les vacances et congés de l’année scolaire 2018/2019 :

    Jeudi 27 septembre 2018 – Fête de la Communauté française

    Du samedi 27 octobre 2018 au dimanche 4 novembre 2018 : Toussaint (Congé d’automne)

    Du samedi 22 décembre 2018 au dimanche 6 janvier 2019 : Noël (Vacances d’hiver)

    Du samedi 2 mars 2019 au dimanche 10 mars 2019 : Carnaval (Congé de détente)

    Du samedi 6 avril 2019 au lundi 22 avril 2019 : Pâques

    Mercredi 1er mai 2019 : Fête du 1er mai

    Jeudi 30 mai 2019  : Ascension

    Lundi 10 juin 2019  : Pentecôte

    Lundi 1er juillet 2019 : Début des vacances d’été

     

  • Nandrinois: Ils lancent un appel pour des enfants de 6 à 17 ans

    Lien permanent

     

     

    Notre unité a besoin de vous

     On cherche des enfants de 6 à 17 ans pour intégrer l'unité, vivre des aventures entouré de chefs passionnés.

    Ambiance super, des liens d'amitiés qui vont se créer à jamais, de l'apprentissage de l'enfant sur soi, ses compétences, son autonomie, sa confiance en soi.
    Vous connaissez des gens qui ont des enfants dans la région?


    Savez-vous où je peux poster ça pour que des mamans et papas le voient?

    N'hésitez pas à partager

     Merci à eux, aux chefs qui se dépensent chaque week-end pour que les enfants,

    jouent, se développent, grandissent et découvrent la nature et ça bénévolement, simplement pour le plaisir de se sentir utile.

    Merci à vous, scoutement votre.

    XXOA - Unité de Nandrin 
    Si vous aussi vous voulez rejoindre cette merveilleuse aventure,

    nous vous donnons rendez-vous le samedi 22 septembre au local scout (rue de Favence, Nandrin) pour la journée d'accueil.

    Dès l'âge de 6 ans, les enfants sont conviés à nous rejoindre. 

     

    Si vous voulez participer à cette journée et/ou vous inscrire,

    merci de nous contacter à l'adresse suivante : 

    alice.janot20@gmail.com




  • Nandrinois : Un soutien scolaire toute l’année

    Lien permanent

    Certains élèves et étudiants éprouvent parfois des difficultés pour assimiler la matière enseignée à l’école. Pour ceux-là, il n’y a parfois pas d’autres solutions que de suivre des cours de rattrapages.

     

    IL existe plusieurs possibilités et la première qui nous vient à l’esprit, ce sont les cours particuliers. Le gros avantage est qu’ils sont personnalisés et adaptés au niveau de l’enfant ou de l’adolescent.

    L’enseignant peut s’organiser en fonction des heures qui vous conviennent et se déplacer jus-qu’à votre domicile. Il a la possibilité de revenir sur des notions qui n’auraient pas été comprises par le jeune. Le principal inconvénient est le coût que des cours particuliers peuvent engendrer.

    La facture peut vite s’allonger si l’étudiant a de nombreux problèmes qui nécessitent de multiplier les séances.

    Un jeune professeur sorti de l’école pourra fourbir ses premières armes et faire preuve de beaucoup de patience. Des sociétés privées mettent également leur réseau d’enseignants à la disposition des étudiants en difficultés : « Notre mission est la réussite de nos élèves.

    Nous sommes persuadés que chacun peut réussir. Nous nous adressons au primaire et au secondaire pour les aider à réaliser leur potentiel.

    Nous sélectionnons soigneusement nos collaborateurs dont nous contrôlons en permanence leurs compétences. Un conseiller pédagogique suit personnellement votre enfant et saura l’accompagner tout au long du processus. Un soutien en ligne est également prévu pour maximiser les chances » explique Pierre, responsable pédagogique. Un devis est souvent réalisé pour éviter toute mauvaise surprise. Des modules sont aussi proposés dans différentes écoles sises en Wallonie et à Bruxelles. Des cours de mathématiques, français, langues, sciences ainsi que des séances pour préparer le CEB ou le CE1D.

    De la remédiation générale ou l’apprentissage d’une méthode de travail sont également au programme. Les équipes font appel à des enseignants diplômés. Ces cours sont donnés à partir de la 1ère primaire jusqu’à la 6e secondaire : « Les séances ont lieu tous les mercredis après-midi avec une année scolaire découpée en trois trimestres par groupes de 7 élèves maximum. Cela se poursuit durant les congés scolaires.

    Les modules durent de 6 à 8 semaines et les prix se veulent démocratiques. Ils sont même dégressifs si l’étudiant s’inscrit durant plusieurs trimestres.

    La liste des écoles qui participent se trouve facilement » explique Hélène, professeur de langues. Les chiffres de l’échec sont très interpellants : dans l’enseignement fondamental, 1 élève sur 25 double son année. Ce chiffre explose littéralement en secondaire ou l’on passe à 15 % de redoublement.

    Si un élève sur 5 est en retard à la fin du cycle primaire, près d’un élève sur 2 le sera après la rhéto. Le coût de ces redoublements est de plu-sieurs centaines de millions d’euros à charge de la Fédération Wallonie-Bruxelles. C’est pour cela que les initiatives se multiplient pour tenter de réduire ce taux d’échecs.

    Source 

     

     

  • Nandrinois La STIB et le TEC proposent des formules très avantageuses pour les plus jeunes et leurs parents.

    Lien permanent

    La STIB et le TEC proposent des formules très avantageuses pour les plus jeunes et leurs parents.

    Alors que les vacances se terminent doucement pour les écoliers et les étudiants du secondaire, il est déjà temps de penser à se fournir en matériel scolaire mais aussi à renouveler les abonnements des transports en commun pour l’année.

    Il est d’ailleurs urgent pour les utilisateurs d’y penser afin d’éviter les files en début septembre mais aussi parce que la STIB et le TEC proposent des offres alléchantes. Celles-ci s’adressent non seulement aux personnes qui iront acheter leur abonnement avant la fin du mois d’août mais aussi aux futurs nouveaux utilisateurs.

    À ce petit jeu, c’est la société de transport wallonne qui a pris de l’avance en organisant une action promotionnelle.

    Le Tec propose aux enfants de 11 à 14 ans et à deux accompagnateurs de tester gratuitement les transports en commun jusqu’au 30 septembre. Attention que l’essai ne s’applique que sur le parcours domicile-école.

    Et pour bénéficier de l’offre exceptionnelle, il faut impérativement se rendre dans un Espace TEC avant le 25 août ou encore d’envoyer toutes les informations nécessaires au renouvellement à l’adresse eshop@tec-wl.be.

    Si vous êtes un étudiant ou que vos enfants ont plus de 14 ans, le TEC a également pensé à ouvrir plusieurs de ses Espaces TEC le samedi 1er septembre de 9h à 13h pour éviter les traditionnelles files de la rentrée scolaire.

    Des renouvellements à distance

    Du côté de la STIB, pas d’offres découvertes mais des réductions qui devraient faire plaisir aux portefeuilles des parents.

    La société des transports bruxellois propose des abonnements scolaires pour les étudiants âgés entre 12 et 24 ans à des prix attractifs de 50 euros par an pour les deux premiers enfants d’une même famille. Le troisième aura quant à lui la chance d’avoir son abonnement entièrement gratuit.

    Les étudiants qui souhaitent bénéficier de ces tarifs avantageux devront comme d’habitude envoyer des preuves d’inscription à un établissement scolaire.

    En plus de ces offres, la STIB mise cette année sur les renouvellements à distance pour les personnes qui ne peuvent se déplacer mais aussi pour éviter la cohue dans les différentes espaces.

    Pour ce faire, il faudra se rendre sur le site Web Goeasy.

    En ce qui concerne les transports en train, la SNCB ne propose pas d’offre spéciale rentrée non plus.

    Les étudiants pourront toujours se procurer les abonnements scolaires et Campus (pour les universitaires) au même prix que d’habitude.

    Il est aussi préférable d’aller le plus tôt possible renouveler son abonnement dans les gares disposant de guichets si vous êtes déjà en possession d’une attestation de transports ou d’une preuve d’inscription à un établissement scolaire.

    Article de L.M.

     

    Article complet clic ici 

     

  • Apprendre aux élèves à boire de l’eau: autre défi pour l’école

    Lien permanent

    L’accès à l’eau dans le cadre scolaire est un droit pour tous les élèves, quel que soit le milieu dans lequel ils vivent. Pour l’Ufapec, l’enjeu est fondamental, «  car apprendre à boire de l’eau à l’école dès le plus jeune âge conditionne la consommation d’eau pour plus tard. Il s’agit bien d’une préoccupation de santé publique et d’habitudes sociales qui vont au-delà de l’école  ».

    Parents préoccupés

    «  Lors de nos rencontres avec des parents, nous avons constaté à quel point consommer de l’eau à l’école est une préoccupation qui revient dans les discussions. L’eau est source de vie, indispensable à la croissance des enfants ; pourtant, beaucoup d’élèves boivent des boissons sucrées…  », relève l’auteur de cette étude qui note encore l’importance de l’accès à des lavabos pour l’hygiène des mains avant de manger, quel que soit l’âge de l’élève.

    S’habituer à boire de l’eau, c’est aussi limiter la consommation de boissons sucrées qui n’est pas sans conséquences sur la santé des enfants : la mutualité chrétienne relevait que «  la consommation excessive de sodas augmente de façon non négligeable le risque de caries  ». Sans négliger les problèmes de surpoids et les maladies qui y sont liées (diabète, troubles du sommeil, etc.).

    Faut-il déjà d’autres raisons de promouvoir la consommation d’eau chez les enfants ? Selon la Fondation Roi Baudouin, le besoin en eau des enfants est encore plus important que celui des adultes. «  Dans la mesure où les enfants transpirent davantage que les adultes, leurs besoins en eau sont proportionnellement de 3 à 5 fois plus élevés. Ainsi, garçons et filles de 2 à 3 ans ont besoin de 1,3 litre/jour. Entre 4 et 8 ans, la quantité nécessaire en eau passe à 1,6 litre/jour, puis à 2,1 litres/jour pour les garçons, et à 1,9 litre/jour pour les filles de 9 à 13 ans. Les besoins hydriques des ados sont considérés comme identiques à ceux des adultes.  »

    Et l’hydratation est importante pour l’apprentissage : «  Lien direct avec l’acquisition de savoirs, un élève hydraté sera mieux dans son corps, et directement mieux dans sa tête. Il sera donc davantage disponible pour les apprentissages  », relève l’Ufapec.

    Fontaines à eau

    Il y a aussi un enjeu de santé publique : «  Il y a de fortes chances que les élèves qui auront pris l’habitude de boire de l’eau à l’école continueront à en boire plus tard, ce qui aura un impact positif en termes de santé publique  », poursuit l’Ufapec qui y voit un thème pouvant réunir tous les acteurs de l’école, des directions aux parents. «  La mise en œuvre d’un tel partenariat influence positivement le climat de l’école.  »

    La ministre de l’Éducation est-elle prête à s’investir dans ce challenge ? Si Marie-Martine Schyns (cdH) s’est associée à sa collègue flamande Hilde Crevits (CD&V) pour réfléchir au contenu des distributeurs de sodas dans les écoles (lire ci-contre), son cabinet précise que « l’installation de fontaines à eau dans les établissements est laissée à la décision de chaque pouvoir organisateur. Nous en appelons à leur autonomie dans ce domaine  ».

    Les fontaines à eau ? L’Ufapec a son avis : «  Elles peuvent réduire les emballages et inciter à remplir les gourdes. Mais le coût initial est important pour l’école, il faut un entretien régulier et, dans certains cas, elles entraînent des jeux inadéquats, qui salissent le sol  ».

    Bref, rien n’est simple…

    DIDIER SWYSEN

    Distributeurs de produits moins sucrés dans les écoles

    Les distributeurs de produits sucrés ne disparaîtront pas de nos écoles secondaires, mais leur contenu va évoluer. La ministre Schyns (cdH) se place dans la foulée de sa collègue flamande, Hilde Crevits (CD&V), et veut un accord avec le secteur de la distribution pour que les produits vendus soient moins nocifs pour la santé de nos ados. Sauf que le dossier ne semble plus trop avancer depuis cette annonce faite l’an dernier. Alors, où en est-on ?

    «  Le dossier est toujours en préparation et les contacts avec les différents intervenants sont bien avancés, mais pas encore aboutis  », répond le cabinet de la ministre Schyns. «  La démarche de la Fédération Wallonie-Bruxelles avec la Fédération de l’industrie alimentaire belge (Fevia) est la même que celle mise en place par la ministre Crevits, à savoir une convention entre la grande distribution et les réseaux, la Fevia et la FWB agissant comme facilitateurs. Nous poursuivons donc, avec la Fevia, la concertation avec le secteur de la distribution afin d’aboutir à une position commune. Par ailleurs, la stratégie de prévention en matière de santé à l’école doit avoir pour ambition d’agir sur l’éducation à l’alimentation saine et non uniquement sur les distributeurs de sodas. En 2018, un appel à projets a été lancé visant à soutenir les écoles qui prennent des initiatives en matière d’alimentation saine et de qualité, pour pérenniser les bonnes pratiques et en susciter de nouvelles.  »

    Avant Marie-Martine Schyns, d’autres ministres, Marie Arena (PS) et Marie-Dominique Simonet (cdH), s’étaient cassé les dents sur ce dossier. Mais à l’époque, elles parlaient de faire disparaître les distributeurs des écoles…

    D.SW.

    Source info 

  • Une journée spéciale enfants au château

    Lien permanent

    Ce dimanche 5 août, le château de Jehay propose la 13e édition des « Enfants d’abord ! », un événement désormais classique dans la programmation du lieu.

    Le parc et les jardins sont, pour l’occasion, transformés en terrains de jeux géants. Châteaux gonflables, grimages, spectacles de magie, théâtre de marionnettes, manège insolite et jeux en bois sont au rendez-vous.

    L’Académie des Sports de la Province de Liège est également présente pour permettre des initiations à l’escalade, au golf, à l’athlétisme, au volley-ball ou encore au hip-hop. Nouveauté cette année : spectacle de rapaces et concert du groupe « Tribal Bump » (percussions sur des tonneaux de 200 litres).

    Un espace est spécialement dédié aux plus petits. Et les papilles ne sont évidemment pas oubliées : bonbons, pommes, jus de fruits et glaces combleront les bambins…

    INFORMATIONS PRATIQUES

    Dimanche 5 août De 13h à 18h Entrée gratuite jusque 12 ans

    3€/enfant > 13 ans

    6€ pour les adultes

    Rés : www.chateaujehay.be 04 279 44 00. -  Château de Jehay‎    Les enfants d'abord !

  • Scouts, patros : bus gratos toute l’année !

    Lien permanent

    C’est une fabuleuse avancée pour les mouvements de jeunesse. S’ils disposaient déjà de prix préférentiels sur les transports à certaines conditions (camps…), ils devaient encore passer à la caisse à de nombreuses reprises. Côté wallon, le gouvernement a franchi le pas : le ministre cdH des transports, Carlo Di Antonio, a adapté le contrat de gestion et augmenté la dotation des TEC de 30.000 € pour que ceux-ci offrent désormais la gratuité des transports sur tout le réseau pour les mouvements de jeunesse.

    Les Scouts, les Guides catholiques de Belgique, la Fédération nationale des Patros, les Faucons Rouges et les Scouts et guides pluralistes de Belgique peuvent désormais en profiter !

    114.000 jeunes concernés

    « La mesure couvre ainsi tous les mouvements de jeunesse », insiste Marie Minet, porte-parole du ministre. Ce qui représente quand même 114.000 enfants, ados et jeunes adultes en Communauté française, actifs tous les week-ends et durant les vacances scolaires. « Par les activités qu’ils mènent », ajoute le ministre Di Antonio, « les mouvements de jeunesse forment des citoyens responsables, actifs, critiques et solidaires. Il est important de les soutenir. »

    Cette gratuité a été mise en place en toute discrétion il y a quelques mois et 30.000 jeunes ont déjà pu en bénéficier !

    La gratuité leur est désormais garantie le week-end (vendredi compris), les jours fériés et durant les congés scolaires.

    Autrement, à tous les moments de l’année où ces jeunes peuvent effectivement mener leurs activités.

    Avec une carte Mobib

    Comment cela fonctionne-t-il ?

    Assez simplement finalement. L’animateur qui accompagne les jeunes doit disposer d’une carte Mobib nominative ou d’une Mobib basic d’une valeur de 5 €, valable cinq ans (avantage de la seconde : elle peut être prêtée à d’autres).

    Ces cartes peuvent être obtenues immédiatement dans un espace TEC ou endéans 24 heures sur infotec.be.

    L’animateur avertit ensuite sa fédération qui encode sa carte, à la suite de quoi il pourra se procurer, en ligne ou par téléphone, les titres de transport nécessaires à ses trajets.

    Plusieurs formules existent en fonction de la distance parcourue et du nombre de jeunes qui doivent embarquer (5, 15 ou 30). À noter que pour une raison bien compréhensible (places disponibles dans les bus), l’animateur doit prendre contact avec le TEC au minimum cinq jours ouvrables avant le déplacement si son groupe compte quinze personnes ou plus.

    Lors de sa sortie de l’été 2016, le président du cdH avait réclamé la même mesure de gratuité pour les mouvements de jeunesse à la STIB et à la SNCB, mais sa demande est restée lettre morte jusqu’ici.

    Côté STIB, on précise toutefois qu’une formule avec un prix global de 15€ existe pour des voyages illimités sur le réseau, durant toute une journée, à destination de groupes qui comptent jusqu’à 30 personnes.

    Source MICHEL ROYER

     

     

  • Nandrinois : Échec à l'Échec

    Lien permanent

    Besoin d’aide pour franchir les derniers obstacles ? Du 16 au 29 août, nous serons à vos côtés!

    Échec à l'Échec Huy clic ici

    36342111_617455491921225_5388915987644940288_n.jpg

  • Nandrinois une idée de sortie avec enfant RAIPONCE Du 10 au 17 juillet 2018

    Lien permanent

     

    Spetacle pour enfants dès 4ans.
    Avec Nathalie Van Tongelen, Evelyne Delfosse et Adonis Danieletto.

    Original, décalé et plein d'humour, le célèbre conte des frères Grimm est revu pour votre plus grand plaisir. Dans cette version moderne, la douce Raiponce est enfermée dans une haute tour par une Sorcière rock'n'roll. Sous ses airs de cow-boy du dimanche, le prince fantaisiste et maladroit parviendra-t-il à pourfendre le dragon pour sauver sa belle ? Cette comédie magique et virevoltante ravira les enfants autant que leurs parents.

     

    RÉSERVATIONS


    Du lundi au vendredi
    De 9h30 à 12h30, 13h30 à 18h

    ► 04 254 05 00
    ► info@comedieenile.be
    ► www.comedieenile.be

    PARKING


    ILLICO PARK AQUARIUM
    Rue Méan 24, 4020 Liège
    Accès 24H/24 et 7J/7.

     info@illico-park.be
     http://www.illico-park.be/parking/aquarium

  • CEB , CE1DComment introduire un recours valable…

    Lien permanent

    Non-obtention du CEB. Le chef d’établissement invite les parents pour leur expliquer le refus d’octroi du CEB, envisage avec eux les possibilités de poursuite de la scolarité de leur enfant et les informe des modalités d’un recours.

    Le recours est demandé par les parents. Il doit inclure les raisons précises pour lesquelles ils contestent la décision, une copie de cette décision, une copie des bulletins des deux dernières années scolaires ou tout autre document jugé utile pour le dossier.

    Le recours doit être introduit, dans les dix jours ouvrables suivant les résultats, par recommandé, à : M. Jean-Pierre HUBIN, administrateur général, Recours CEB, Bd du Jardin botanique, 20-22 à 1000 Bruxelles. Une copie doit être envoyée au chef d’établissement, par recommandé. Le Conseil de recours décidera si le CEB doit être accordé. Les parents et l’école seront avertis au plus tard le 31 août.

    Échec au CE1D. Contester la décision du Conseil de classe.

    1. Procédure de conciliation interne : les parents peuvent introduire un recours via la procédure communiquée par l’école. Elle doit se dérouler au moins sur les deux derniers jours d’ouverture de l’école avant les vacances scolaires et est clôturée dès le 30 juin.

    La procédure interne est clôturée cinq jours après la délibération pour les conseils de classe de septembre. Attention : si le conseil de juin impose des examens de repêchage, aucun recours ne peut être introduit en juin.

    2. Procédure de recours externe : si les parents ne sont toujours pas d’accord avec la décision (uniquement pour contester un échec) et pour autant qu’une procédure interne ait été suivie. Elle ne peut servir à faire sanctionner un prof, une direction, ni à obtenir une meilleure moyenne en cas de réussite ou à obtenir des examens de repêchage. Ce recours externe est introduit par courrier recommandé à l’adresse suivante : Service de la Sanction des études, Conseil de recours, bureau 1F140, Rue Adolphe Lavallée, 1 à 1080 Bruxelles. Les Conseils de recours se réunissent à partir du 31 août pour les décisions des conseils de classe de juin et dès le 10 octobre pour celles de septembre.

    PAR DIDIER SWYSEN

     Source clic ici 

  • Rater son certificat d’études de base (CEB), c’est embêtant, mais ce n’est pas la fin du monde.

    Lien permanent

    Va-t-on assister à une pluie de recours contre des décisions de non-octroi du CEB (6e primaire) ou du certificat d’enseignement du premier degré, le fameux CE1D qui clôture la 2e année secondaire ? C’est en tout cas ce que promettent certains parents, mettant en exergue les cours loupés par leurs enfants en cours d’année, faute d’enseignants.

    « Une épreuve terrible »

    C’est avant les recours que tout se joue pour ceux qui n’ont pas obtenu plus de 50 % à ces épreuves certificatives externes. «  S’il y a une hausse des recours, c’est surtout parce que les parents sont mieux informés  », explique Bernard Hubien, le secrétaire général de l’Union des Fédérations des associations de parents de l’enseignement catholique (Ufapec). «  Ils se disent aussi qu’ils préfèrent tenter le coup. Ainsi, leur enfant ne pourra pas leur reprocher de n’avoir rien fait (…) Il ne faut pas perdre de vue que le stress est la première cause d’échec au CEB ! En fait, c’est le conseil de classe qui va déterminer si un enfant peut passer en secondaire ou pas.  »

    Et les enseignants vont prendre en considération l’évolution et les évaluations de l’enfant au cours de son parcours scolaire, précisément des deux dernières années de l’enseignement fondamental. Là, les statistiques sont très révélatrices. En 2017, un peu moins de 15 % des enfants avaient raté leur CEB, soit près de 7.500 enfants. Après décision des conseils de classe, ce sont plus de 92 % qui ont reçu le précieux certificat. Soit 7 % d’enfants qui avaient raté l’épreuve : plus de 3.500 élèves. Environ un enfant en échec sur deux !

    PAR DIDIER SWYSEN 

     Tous les détails et notre dossier complet dans nos éditions digitales.

  • Nandrinois :une école primaire technique chez nos voisins

    Lien permanent

    On le sait, on court partout en Belgique après des plombiers, des soudeurs, des électromécaniciens…

    Ces métiers techniques ont, depuis des générations, été discrédités dans l’esprit des parents et ils n’attirent donc plus les jeunes.

    Pire, un élève qui est doué manuellement devra attendre la fin de sa deuxième secondaire afin de pouvoir entrer réellement dans la filière technique ou professionnelle.

    Et bien souvent, ce sera à la suite d’une série d’échecs subis dans ce socle commun de deux ans de l’enseignement général.

    C’est pour lutter contre cet état de fait que la Ville de Seraing a décidé de lancer dès septembre une nouvelle école primaire tournée vers les métiers d’avenir.

    « Il y a plusieurs formes d’intelligence », explique Alain Decerf, l’échevin de l’Enseignement.

    « Il y a des élèves plus doués pour le manuel que l’intellectuel.

    C’est une évidence. C’est pourquoi nous lançons cette nouvelle école, dans des locaux rénovés de l’IPES de Seraing avec laquelle ils multiplieront les contacts. »

    Six nouvelles classes primaires ont été aménagées. Les élèves y suivront des cours normaux mais, à différents moments, ils assisteront aux travaux techniques des élèves du secondaire et les expérimenteront eux-mêmes.

    « À part une visite ou l’autre en entreprise, il n’y a aucun cours technique organisé dans l’enseignement primaire », reprend l’échevin.

    « Ici, on présentera tous les métiers manuels et on pourra ainsi repérer ceux qui sont doués. »

    PAS DE CONTINUITÉ

    Malheureusement, une fois leur sixième primaire terminée, ils devront rejoindre l’enseignement général durant trois ans avant de revenir vers la filière technique et professionnelle.

    La communauté WallonieBruxelles estime en effet qu’un élève n’est pas en mesure de faire ce type de choix à 12 ans et veut d’abord qu’il soit initié à tout.

    Article de  L.G.

     

    Plus d'info sur notre blog 

    Seraing - Sudpresse

    http://huy-waremme.lameuse.be/

  • Où inscrire votre enfant durant l’année scolaire prochaine à Nandrin ?

    Lien permanent

    Vous n’avez pas encore fait le choix d’un établissement scolaire où inscrire votre enfant durant l’année scolaire prochaine ?

    Prenez le temps de venir nous rencontrer à l’école Saint-Martin de Nandrin, vous y découvrirez un cadre chaleureux, des aménagements tout neufs en maternelle, un écrin de verdure et un coin élevage qui, à coup sûr, raviront vos enfants

    Notre équipe d’enseignants dynamiques est toujours à l‘écoute de chacun ; une puéricultrice viendra, dès le mois de septembre renforcer notre équipe pédagogique au sein des classes maternelles.

    Notre personnel extrascolaire est là également pour accueillir vos bambins dès 7 heures du matin et jusqu’à 18h30’ le soir : jeux, bricolages et aide aux devoirs au programme.

    Notre école est ouverte sur le monde : de multiples activités ludiques, culturelles et sportives ainsi que des sorties et des voyages sont organisés tout au long de l’année.

    Enfin, notre école est aussi un établissement où tout est mis en œuvre pour que chacun se sente bien à la maison et en famille également.

    L’école Saint-Martin de Nandrin ?  Un chouette choix pour demain !

    É 085/51.21.28

    SMN Environnement (juin 2018) (4).jpg

    SMN Animaux école été 2016 (3).jpg

    SMN aide comité parents (avril 2018) (4).JPG

    SMN aide comité parents (avril 2018) (2).JPG

  • Un rescapé de la Shoah à l’école de Nandrin

    Lien permanent

    Ce mardi, l’école de la salle des Templiers de Villers-le-Temple a accueilli Simon Gronowski (86), témoin de la Shoah. Ce Bruxellois a témoigné de son expérience devant des classes de 5e et 6e années primaire des écoles de Villers-le-Temple et Saint-Séverin, et une classe de 3e année générale de l’Athénée royal d’Ouffet.

    À l’initiative de sa venue, l’enseignante de morale et citoyenneté aux écoles de Villers-le-temple et Saint-Séverin, Florence Delvaux. «  Il y a environ dix ans, ma directrice m’a apporté un colis avec des livres, dont celui de Simon Gronowski  », raconte-t-elle. «  Le lire m’a très émue. Je me suis fait la promesse d’en parler avec mes élèves. J’ai eu l’idée de le contacter. Je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose tant qu’il y avait encore des témoins en vie.  »

    C’est ainsi qu’en septembre 2015, le Bruxellois est venu rencontrer des élèves nandrinois. Une expérience qu’il a réitérée en 2018, en ce début de semaine. «  C’est toujours très douloureux pour lui d’en parler. Il a gardé le silence sur le sujet pendant 60 ans  », continue l’enseignante. « C’est quelqu’un de très joyeux, qui a gardé son âme d’enfant. Mais lorsqu’il témoigne, il rentre dans une sorte de bulle, et l’on sent toute sa souffrance.  »

     

    Son exposé a duré 45 minutes, après quoi les enfants ont pu poser des questions. «  Alors qu’il était dans le train vers Auschwitz, sa maman lui a demandé de sauter du train. C’est grâce à elle qu’il est en vie  », étaye Florence Delvaux. «  Les élèves lui ont demandé pourquoi il n’a pas voulu retourner près de sa maman. C’était son instinct de survie, de plus les soldats allemands n’étaient pas loin.  » Elle ajoute que Simon Gronowski s’est montré optimiste en concluant que « la vie est belle » et qu’il garde espoir. «  Avant de mourir, le garde allemand qui l’a poussé dans le train de la mort lui a demandé son pardon, ce qu’il a accepté.  »

    « Il était lumineux »

    Florence Delvaux évoque les retrouvailles à Los Angeles entre le Bruxellois et la meilleure amie de sa sœur morte à Auschwitz. «  C’est une dame de 89 ans avec qui il a eu une petite histoire d’amour. Il était très lumineux lorsqu’on l’a rencontré  », conclut l’enseignante.

    Florence Delvaux avec Simon Gronowski photo FB 

    PAR J.G.

    Article complet clic ici 

     

    Témoignage le mardi 15 mai 2018 à Villers le Temple de Monsieur Simon Gronowski qui a survécu à la déportation en s'évadant