Accident à Nandrin

  • Accident avec deux blessés sur la N63 entre Nandrin et Neuville

    2 blessés dans une collision route du Condroz Un accident est survenu route du Condroz à Nandrin ce jeudi à 12h15, au virage dit de la Pêcherie.

    Une Hyundai, qui circulait en direction de Liège, a voulu effectuer un virage à gauche quand arrivait une seconde Hyundai, vers Marche.

    Les deux conducteurs, un Flémallois de 66 ans et une Nandrinoise de 79 ans, ont été blessés mais leurs jours ne sont pas en danger.

    La zone de police du Condroz a rédigé le constat. (E.D.)

    Depannage-Du-Condroz.be

    21912645_10213630028975285_918791363_n.png

    1147395687.25.JPG

     

     

  • Accident avec des blessés cette nuit de samedi à dimanche sur la N 63 à Nandrin


    Accident de la route cette nuit , week-end 5 au 6 août 2017 autour des 3h 30 ,sur la N63 de Nandrin , plus ou moins à la hauteur de Vivre Contemporain.

     

    Désincarcération des deux occupants , qui sont partis en ambulance, leurs jours ne sont pas en danger .

     Les pompiers du Sart Tilmant sur place .

    L’enlèvement et la remise en état de la voirie par le  Depannage-Du-Condroz.be d'Ouffet 

    Photo une exclusivité Depannage-Du-Condroz.be 

  • Accident spectaculaire rond point des vaches aux quatre bras de Nandrin

    Cette nuit de mardi à mercredi autour de 1h 30 du matin , un spectaculaire accident sur la N 63 à Nandrin .

    Un véhicule venant de Liège a traversé le rond-point des vaches . 

    Deux vaches sont d'ailleurs au sol .

    Les pompiers sont venus sur place ainsi que la police du Condroz .

    Le dégagement du véhicule a été réalisé par le dépanneur du Condroz, ainsi que la remise en état de l'endroit .

    Depannage-Du-Condroz.be

     

  • Les victimes sur les routes durant l’année 2016 à Nandrin

    Deux tués ,quatre blessés graves et vingt quatre blessés légers en 2016 à Nandrin  .

    L e SPF Économie a publié les statistiques de victimes sur les routes durant l’année 2016.

    Tandis que le nombre de tués baisse partout en Belgique, il est en augmentation en HuyWaremme.

    Sur le Huy-waremme vingt six tués , cinquante six blessés graves , sept cent dix blessés légers .

    1147395687.25.JPG

     

     

  • Bonne nouvelle avec la promesse d'un rond-point au Mona de Nandrin

    mona.JPGOn n’y croyait plus et voilà que la création d’un rond-point au niveau du Monastère, site accidentogène s’il en est, revient sur la table.

    Le permis était accordé mais les élus nandrinois ne voyaient rien venir, faute d’argent dans les caisses de la Région wallonne…

    Au point de craindre le pire : la péremption du permis en juillet prochain, ce qui signifierait redémarrer le dossier à zéro.

    Le Conseil communal a d’ailleurs voté une motion, lors de sa dernière séance, pour sécuriser la route du Condroz. Un message entendu, apparemment.

    Par les TEC au sujet des arrêts de bus polémiques, et par la Région wallonne qui a donné des nouvelles rassurantes concernant le rond-point du Monastère.

    « Il nous a été promis que le rond-point du Monastère serait réalisé dans un délai relativement bref, que les travaux seraient suffisamment avancés en juillet pour que le permis accordé ne tombe pas à l’eau.

    C’est une excellente nouvelle, d’autant plus qu’il est prévu de créer un parking multimodal à proximité du futur rond-point.

    Le dossier va pouvoir avancer », se réjouit Charlotte Tilman, échevine nandrinoise de la mobilité.

     A.G.

    1147395687.25.JPG

  • Accident sur la N 63 à Nandrin

    depannage.jpgUn camion percute l’auto : des dégâts matériels

    Ce lundi peu après 13h, un accident de la route a été signalé à la zone de police du Condroz, le long de la N63 à Nandrin. Une dame qui circulait à bord d’une Nissan Micra a ralenti pour tourner à gauche. Un camion qui la suivait n’a pas su s’arrêter et est venu l’emboutir par l’arrière. On ne déplore aucun blessé mais des dégâts matériels. (E.D.)

  • Accident dans le centre de Nandrin

    depannage.jpgAccident rue Rolée près de St-Martin

    Un accident a eu lieu mercredi à 15h17 rue Rolée à Nandrin, à 60 mètres de l’école Saint-Martin.

    Les pompiers de la zone de secours Hemeco ont effectué le balisage des lieux.

     

  • Accident aujourd'hui 9 avril 2017 à Nandrin route de Berleur

    9 avril route de Berleur.jpg

    Il était plus ou moins 12 h 30 aujourd'hui dimanche 9 avril 2017 ,lorsqu'il y a eu un accrochage entre un véhicule et un cycliste sur la route de Berleur Nandrin  .

    Le cycliste est parti en ambulance .

    Le dépannage a été réalisé par  Depannage-Du-Condroz.be d'Ouffet

    http://www.depannage-du-condroz.be/

     

  • Après avoir passé une soirée au dancing du Monastère de Nandrin, le jeune homme a perdu le contrôle du véhicule

    depannage.jpgIl y aura un an, le 5 juin prochain, que Nathalie Signoretti, une jeune Herstalienne de 23 ans, a perdu la vie dans un tragique accident de la route, le long de la rue de Berleur à Nandrin.

    Ce mercredi, le tribunal de police de Huy a rendu son jugement dans cette affaire : il concerne Jérémy (23 ans), de Comblain-au-Pont, qui conduisait la voiture cette nuit-là.

    Il était près de 4h30 du matin quand, après avoir passé une soirée au dancing du Monastère, le jeune homme a perdu le contrôle du véhicule (qui transportait 5 passagers) et a terminé sa course dans un ruisseau, sur le toit. Si le conducteur, ses deux sœurs et deux copains s’en sont sortis, Nathalie Signoretti est décédée sur place des suites de ses importantes blessures.

    Lors de l’audience, fin février, la magistrate du parquet a relevé trois éléments graves dans cette tragédie : la vitesse (entre 80 et 90 km/h au lieu de 50), la consommation d’alcool de Jérémy (un taux de 1,37 gr./l.) et le fait qu’un total de 6 personnes se trouvaient dans l’habitacle de la voiture, au lieu des 5 autorisées.

    La substitut Boxho avait notamment requis une peine de 3 mois de prison mais c’est finalement d’une peine de travail de 150h qu’écope le Comblinois, assortie d’un emprisonnement de 6 mois si celle-ci n’est pas effectuée. Enfin, il devra aussi verser une amende de 1.200 euros (avec sursis pour la moitié) et subir une déchéance du permis de conduire pour une durée de six mois (avec sursis également pour la moitié).

    Il a aussi l’obligation de repasser les 4 examens du permis (théorique, pratique, médical et psychologique). Du côté des parties civiles, Me Coste avait insisté sur la douleur de la maman de Nathalie (sa fille unique) à la suite de cette tragédie, et qui se trouve toujours dans un état de choc post-traumatique et de profonde dépression.

    La somme provisionnelle d’un peu moins de 22.000 euros doit lui être versée mais une expertise médicale complémentaire est demandée.

    Le jugement évoque également plusieurs sommes, à titre de dommages moraux, pour d’autres membres de cette famille très unie : 5.000 euros pour le papa, 1.500 euros pour le demi-frère, 1.500 euros pour la grand-mère maternelle et 2.500 euros pour l’oncle et la tante de Nathalie, ainsi que 1.250 euros pour chacune de leurs deux filles mineures.

    Article de E.D

  • Les conseillers communaux de Nandrin ont voté une motion pour sécuriser la N63

    DSC_0856.JPGLes conseillers communaux nandrinois ont voté à l’unanimité une motion relative à la sécurisation de la route du Condroz (N63), lundi soir.

    Ils réclament une réaction rapide de la Région wallonne et du TEC pour la réalisation du rond-point promis au Monastère, le déplacement de l’arrêt de bus «La Tolle» et la réalisation de bandes de transit pour accéder et sortir des commerces. 

    Les élus nandrinois en ont assez d’attendre. Ils ont décidé de taper du poing sur la table, en adoptant une motion pour la sécurisation de la N63, une voirie régionale. Cela fait en effet des années qu’ils espèrent la concrétisation du rond-point promis au niveau du Monastère de Nandrin.

    Pour rappel, ce giratoire avait reçu un permis et comptait parmi les investissements (500.000 euros) de la Sofico pour 2015, mais a été reporté, faute de moyens financiers pour le réaliser. Depuis, c’est le statu quo.

    Il y a aussi le cas de l’arrêt de bus «La Tolle» où les usagers du TEC doivent marcher une trotte pour rejoindre le rond-point le plus proche ou, comme c’est régulièrement le cas, traverser les quatre voies soit en empruntant le tourne-à-gauche soit, pire encore, en enjambant la berme centrale (voir notre article du 7 février).

    Enfin, les élus réclament la création de deux bandes d’accès pour entrer et sortir des commerces de la route du Condroz en toute sécurité. Ce dispositif empêcherait également de tourner à gauche, source de nombreux accidents.

    « La route du Condroz est la voirie la plus importante qui traverse notre commune. Nous constatons de multiples accidents graves, la présence de véhicules toujours plus nombreux, et la création de plus en plus de commerces.

    Nandrin n’est pas restée immobile, nous avons tenté à plusieurs reprises de résoudre le problème ou de participer à la sécurisation de la N63 avec la Région et le TEC.

    Or, le permis accordé pour le giratoire du Monastère arrive à expiration en juillet prochain et la situation est toujours bloquée… Nous demandons donc au Gouvernement wallon de mettre en œuvre ce permis, au TEC d’examiner la possibilité de déplacer ou de supprimer l’arrêt «La Tolle» et au Gouvernement wallon de poursuivre la mise en œuvre du Plan intercommunal de mobilité (PICM) qui contient la création de bandes de transit », explicite Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire.

    « Dans l’intervalle du vote de cette motion, nous avons reçu des propositions de dates pour une commission de sécurité provinciale au sujet de l’arrêt de bus. Mais pour le Monastère, les derniers échos font état d’un gel.

    La motion, votée par les conseillers, me donnera les armes pour dire ça suffit, avançons, ou alors dites clairement qu’il s’agit d’un effet d’annonce. Le but est de créer un électrochoc », précise le bourgmestre Michel Lemmens.

    «Nous souscrivons entièrement à cette motion, mais il faudrait une plus grande mobilisation, de Seraing à Tinlot.

    Tout seuls, nous n’y arriverons pas. Quant à supprimer l’arrêt, cela priverait un millier d’habitants (dont beaucoup de jeunes) d’un accès aux bus. L’idéal serait un rond-point.

    Si rien ne bouge, nous pourrions même bloquer la route du Condroz, non? », lance Marc Evrard, chef de groupe uPN.

    « Une vraie étude ne serait-elle préférable à une solution clé sur porte? », demande son colistier, Bogdan Piotrowski.

    « L’état de la route ne nous en donne pas le temps », rétorque Alain Henry (TE). L’ensemble des élus a voté pour la motion «ras-le-bol».

    Article AG

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Le Liégeois de 26 ans qui a tué Raphaël Tomballe sur la route du Condroz à Nandrin, écope de 12 mois avec sursis

    2.28.jpg

    «Mon fils est mort une seconde fois»

    Le tribunal de police de Huy a reconnu coupable Jean-Claude Nanni, un Liégeois de 26 ans, du décès de Raphaël Tomballe (27 ans), le 27 avril 2014. Le jeune homme avait été mortellement fauché alors qu’il changeait le pneu d’une voiture. Nanni écope notamment de 12 mois de prison avec sursis. Pour la maman de la victime, «ce jugement est incompréhensible». 

    Le 27 avril prochain, il y aura trois ans que Raphaël Tomballe (27 ans) a été mortellement fauché par une voiture, le long de la route du Condroz, à quelques pas du Monastère, à Nandrin. Ce jeudi, le tribunal de police de Huy a rendu son jugement à l’encontre de Jean-Claude Nanni, le Liégeois de 26 ans au volant du véhicule qui a percuté le jeune homme.

    Ce dernier était occupé à changer le pneu crevé de la voiture de son amie quand il s’est fait très violemment heurter. Son corps a été projeté à plus de 20 mètres de l’endroit de l’impact: le Jemeppois a été tué sur le coup.

    Prévenu de coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort, Jean-Claude Nanni a été reconnu coupable de cet accident, ainsi que de délit de fuite. Ce matin-là, il avait en effet pris la poudre d’escampette après le choc, jusqu’à causer un second accident, quelques mètres plus loin.

    L’homme conduisait à l’époque sans permis (sous licence) et, selon certains témoins, avait consommé des boissons alcoolisées. Nanni écope finalement de 12 mois de prison avec un sursis de trois ans pour ce qui excède sa détention préventive, ainsi qu’une amende de 2.400 euros et une déchéance du permis de conduire pour une durée de 6 mois.

    Il devra aussi repasser les quatre examens en la matière, à savoir le théorique, la pratique, le psychologique et médical. Pour Fatima Nifa, la maman de Raphaël, cette condamnation est comme «une seconde mort», nous dit-elle. « C’est l’incompréhension la plus totale. Je suis en colère contre la justice qui tient finalement du côté des assassins de la route », n’hésite-telle pas à dire, inconsolable depuis le décès de son fils.

    « J’espérais qu’on fasse de la mort de Raphaël un exemple pour que les chauffards et les personnes qui prennent la route en ayant bu prennent conscience de la douleur que cela cause aux proches d’une victime, même des années plus tard .»

    La mère de famille n’espérait pas qu’une peine de prison soit prononcée à l’encontre de JeanClaude Nanni mais qu’une déchéance bien plus importante du permis de conduire, si pas à vie, lui soit imposée. « Pour moi, c’est comme si la justice rendait à cet homme son arme avec laquelle il a tué. On lui octroie, à nouveau, un permis de tuer. Pourquoi ferait-il plus attention une prochaine fois? Puisqu’il n’a presque aucune punition de toute façon… Nous, on est condamnés à vie .

    Condamnés à vivre avec la tombe de mon fils », confie-t-elle encore, en se disant « dégoûtée à vie », avec « un moral bousillé ».

    Enfin, Fatima Nifa espère seulement que l’homme qui a tué son fils fera, un jour, passer un message.

    « S’il a des enfants à son tour, qu’il leur explique ce qu’il a fait », conclut-elle.

    EMILIE DEPOORTER

    Nandrin accident mortellement fauché avant le rond-point du Terminus dimanche 27 avril 2014

    1-thumb.25.jpg

    voir aussi La Meuse.JPG

  • Grave accident route du Condroz Nandrin aujourd'hui dimanche 26 mars 2017

    17506483_10212538515682311_1579876044_n.jpg

    Grave accident route du Condroz N 63 Nandrin, plusieurs ambulances et le SMUR sur place .

    Il était  autour des 19h 00 pompier également sur place. 

    Non loin de la friture de Chez Marcel  plus ou moins face à la pharmacie Baecken 

    Route du Condroz N 63 dans le sens Marche => Liège .

    Plus d'info bientôt sur le Blog de Nandrin 

    17578059_10212538514202274_1346112288_n.jpg

    17578073_10212538486521582_806516251_n.jpg

  • Accident route du Condroz N63 Nandrin aujourd'hui vendredi 10 mars 2017

    depannage Lallemand 1.jpg

    Accident route du Condroz à Nandrin à la hauteur du Proxi Delhaize et le Monastère entre deux véhicules au alentour de 18h 15 aujourd'hui vendredi 10 mars 2017.

    Ambulance et police du Condroz étaient sur place ,un blessé est parti en ambulance .

    L’enlèvement des véhicules et le nettoyage de la chaussée a été effectué par le Dépannage du Condroz .

    Depannage-Du-Condroz.be

    Actif dans le secteur du dépannage automobile depuis 30 ans le Dépannage Lallemand est a votre service 24h/24 7j/7

    Rue de Hody 31 Ouffet 4590 
    Highlights info row image
    086 /36 69 39

    depannage du Condroz 2.jpg

     

  • Sortie de route mortelle à Nandrin : Jérémy s’explique devant le tribunal

    Accompagné et soutenu par sa famille, Jérémy, 23 ans, de Comblain-au-Pont, a comparu ce lundi matin devant le tribunal de police de Huy. Il est poursuivi pour cette tragique sortie de route survenue le 5 juin 2016 à Nandrin et qui a coûté la vie à Nathalie Signoretti, l’amie de sa soeur, une jeune fille de 23 ans, de Herstal.

    Le drame s’est joué en fin de nuit, vers 4h30, du matin, rue de Berleur, à Nandrin. Après la longue ligne droite, dans le virage, Jérémy a fait un tout-droit. Sa voiture a dévalé une pente, puis percuté une grosse pierre avant de terminer sa course dans un ruisseau sur le toit.

    3 mois de prison requis

    Cinq passagers, soit un de plus que ce qui est autorisé, se trouvaient alors dans le véhicule: les deux soeurs de Jérémy, Laurine et Caroline, deux copains, Andy et Simonis, et enfin, Nathalie Signoretti, la seule à n’avoir pas survécu à ses graves blessures. Elle est décédée sur place. Les quatre autres passagers ont été blessés, dont deux grièvement. Tous rentraient du dancing le Monastère à Nandrin, où ils avaient passé une partie de la nuit.

    «  Il y avait beaucoup de brouillard, je ne me souviens pas d’avoir freiné », a expliqué au tribunal Jérémy. Pour le parquet, la visibilité réduite n’est pas la seule cause de l’accident. Françoise Boxho a pointé plusieurs erreurs «  lourdes de conséquences  » commises par le prévenu: la vitesse, entre 80 et 90 km/h au lieu de 50. La consommation d’alcool. Un taux de 1,37 gr d’alcool par litre de sang a été relevé. « Enfin, la troisième erreur, a poursuivi le substitut, est d’avoir quitté le dancing en embarquant dans son véhicule 6 personnes alors qu’il ne contenait que 5 places  », a encore dénoncé Françoise Boxho qui a requis une peine de 3 mois de prison, une amende de 1200 euros et une déchéance du permis de conduire de 3 mois avec obligation de repasser les 4 examens (théorique, pratique, médical et psychologique).

    « Depuis cet accident, j’ai du mal à vivre »

    A la partie civile, Me Julie Coste a abordé avec beaucoup de sensibilité la douleur de la maman. «  Elle est toujours dans un état de choc post-traumatique et dans un état de dépression profonde. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle n’est pas là aujourd’hui pour assister au procès. Depuis des années, elle vivait avec sa fille unique, tissant ainsi une relation très fusionnelle ». Me Coste a également évoqué la douleur de cette maman, réveillée en pleine nuit, déplacée sur les lieux de l’accident pour découvrir le corps meurtri et sans vie de sa fille bien-aimée.

    A la défense, Me Yves Libert a avancé la jeunesse du prévenu pour solliciter une peine de travail. « Sa plus grosse peine sera de vivre jusqu’à la fin de sa vie avec ce décès ».

    Ce que Jérémy a confirmé lorsqu’il a pris une dernière fois la parole. « Depuis cet accident, j’ai du mal à vivre. Je vis avec mes deux soeurs. D’entendre Caroline se plaindre au quotidien d’avoir perdu son amie, cela me fait mal », a-t-il déclaré avant de présenter ses excuses à la famille. Le jugement sera rendu le 28 mars.

    MARIE-CLAIRE GILLET

    Le deuil de tous

    Selon Me Julie Coste, à la partie civile, la famille Signoretti était une famille très unie, très soudée, « qui passait systématiquement ses vacances ensemble, fêtait Noël et le Nouvel An, ensemble également », a-t-elle avancé, photos de famille à l’appui.

    Tous, affirme-t-elle, ont ressenti la perte de Nathalie comme si c’était celle de leur propre enfant, avance-t-elle pour justifier le dommage moral réclamé par d’autres membres de la famille Signoretti.

    Pour le demi-frère de Nathalie, elle réclame un dommage de 1.500 euros ; pour la grand-mère maternelle : 2.500 euros que P&V assurances demande de réduire de moitié, soit à 1.250 euros.

    Pour l’oncle et la tante de Nathalie : 6000 euros pour le couple. Là encore, un montant jugé excessif par l’assureur qui demande de le ramener à 1.000 euros pour chacun des membres du couple.

    Un tapis d’orchidées recouvrait son cercueil

     

    La maman de Nathalie Signoretti s’est constitué partie civile. Pour sa fille unique disparue, elle réclame un dommage moral de 12.500 euros et le remboursement des frais funéraires. Lesquels sont en particulier assez élevés.

    Me Julie Coste en a donné la raison. «  Pendant tout un temps, elle n’a pas pu accepter la perte de sa fille. Elle restait prostrée, bloquée, incapable d’en parler, refusant l’inconcevable. Aujourd’hui encore, elle n’a toujours pas repris le travail  », a-t-elle plaidé.

    C’est dans cet état de choc post-traumatique que cette maman a enterré sa fille. «  Incapable de voir le cercueil, elle l’avait fait recouvrir d’un tapis d’orchidées qui lui a coûté 1.600 euros  », justifie encore l’avocate liégeoise.

    P&V assurances a contesté ce montant, l’estimant exagéré. Il propose de le ramener à 250 euros.

    5000 euros pour le papa

    Le papa, moins présent que la maman, s’est également constitué partie civile. Dans son cas, et en raison de son éloignement, son dommage moral est évalué à 5.000 euros.

    Un dommage que ne conteste pas P&V assurances.

    M-CL.G.

    Le père avait cherché à cacher le 5e passager

     

    Tout de suite après l’accident, Jérémy est parvenu à se détacher et à sortir du véhicule. «  Son premier réflexe a été d’appeler son père plutôt que les secours  », a regretté le substitut Françoise Boxho qui a aussi dénoncé l’attitude du papa du prévenu.

    Dès son arrivée sur place, celui-ci a effectivement tenté de cacher la présence du 5e passager, celui de trop.

    «  Avant l’arrivée des secours, il a été trouvé Andy à qui il a demandé de venir dans son véhicule. Cachée une personne qui plus est, est blessée, sur un plan moral, c’est inadmissible  », s’est offusqué le substitut.

    La supercherie n’a été découverte que quelques jours plus tard. De retour chez lui, à la maison, le jeune Andy a d’abord inventé une histoire pour justifier ses blessures à la main. Ce n’est que quelques jours plus tard, qu’il a fini par en parler à sa maman. Laquelle a aussitôt dénoncé les faits à la police .

    Ce nouvel élément a été recoupé par les enquêteurs. Selon le ministère public, la confirmation de la présence de six personnes dans le véhicule a notamment été confirmée par les images de vidéo-surveillance du dancing du Monastère.

    « Jérémy est paniqué »

    Pour la défense, le fait de cacher Andy ne doit pas être imputé au prévenu.

    «  Ce n’est pas lui qui décide de cacher Andy. C’est son père qui arrive sur les lieux et qui prend les choses en main. Jérémy n’est pas acteur de tout cela, il est paniqué, il perd pied, il ne sait quoi faire », a-t-il indiqué avant d’ajouter que «  Andy n’avait de toute façon pas spécialement envie d’aller en ambulance  ».

    Article de M-CL.G. Source info Sudinfo clic ici 

  • Nandrin Une conductrice se prend un poteau

    Accident_3.jpgMardi fin de journée vers 17h, une dame conduisant une VW Sharan a percuté un poteau sur la route du Condroz, à hauteur du magasin Différence.

    La conductrice n’a été que légèrement blessée.-

    Article de  (Cy.C) source Sudinfo

  • Toiture en feu sur la place de Nandrin

    source info nandrin feu.JPGLundi, à 20 heures 30, un incendie s’est déclaré dans une habitation située place Ovide Musin, à Nandrin.

    Au départ, il s’agissait d’un feu de cheminée, mais lorsque les pompiers de la zone Hemeco sont arrivés sur place, la toiture était en feu.

    Ils ont maîtrisé le sinistre et ont bâché la toiture.

    Suite à cet incendie, l’étage a subi des dégâts, mais le rez-dechaussée n’a pas été touché.

    L’installation électrique a cependant été endommagée, ce qui a
    obligé les occupants de la maison à trouver refuge ailleurs pour la nuit. Ils ont été pris en charge par leur famille.

    Article de A.BT Source Sudinfo

  • Sur le toit, sur la bande venant en sens inverse !

    Accident_3.jpgUn accident survenu dimanche, à 4h20 du matin, sur la N63, à Nandrin aurait pu avoir des conséquences bien plus lourdes.

    Un automobiliste de Herstal, 40 ans, accompagné d’une Liégeoise de 36 ans, circulait dans le sens Liège Marche-en-Famenne lorsqu’il a perdu le contrôle de son véhicule.

    Dans sa course, il est monté sur la berme centrale, puis il a percuté un poteau d’éclairage avant d’échouer sur le toit, sur la bande venant en sens inverse !

    La route a dû être fermée le temps que sa voiture soit retirée. Le couple légèrement blessé a été hospitalisé au CHU de Liège.

     

    Voir les photos 

    Depannage-Du-Condroz.be  
    Accident N63 clic ici Nandrin

    Article de  M-CL.G Source Sudpresse Sudinfo 

     

  • Le motard engissois (61) a percuté, mercredi, une voiture qui traversait la route du Condroz à Nandrin. Il a été tué

    accident,nandrin,n63,route du condroz,moto,décès,guy dupont

    Un dramatique accident de la route a coûté la vie au motard Guy Dupont, ce mercredi matin vers 11h.

    L’Engissois de 61 ans, contremaître des travaux à la commune d’Engis, circulait route du Condroz à Nandrin lorsqu’il a été percuté par une Peugeot 207 qui rejoignait la pompe Esso. Il laisse derrière lui sa femme Marie Claire ainsi que ses six enfants, ses petits-enfants et son frère.

     

    La route du Condroz comptabilise une nouvelle victime de la route. Ce mercredi matin, Guy Dupont, un Engissois de 61 ans qui roulait à moto en direction de Liège, n’a pas pu éviter une Peugeot 207 circulant dans l’autre sens (vers Marche) qui coupait les deux bandes de la nationale au niveau de la station Esso à Nandrin.

    La moto a violemment heurté la Peugeot sur le flanc droit. Le conducteur de la voiture, un Liégois de 30 ans, a été emmené à l’hôpital mais le motard est quant à lui malheureusement décédé. Le parquet de Huy a dépêché un expert sur place.

    Guy Dupont laisse derrière lui sa femme Marie-Claire (58 ans), son frère, deux fils (Samuel et Jérémy) et quatre filles (Émeline, Chloé, Géraldine et Mélanie), tous âgés entre 27 et 37 ans, ainsi que de nombreux petits-enfants.

    «Voilà 25 ans qu’il travaillait avec moi à la commune d’Engis au service travaux. Il va nous manquer », confie tristement Marc Bechet, agent technique en chef à la commune d’Engis, collègue et ami du sexagénaire disparu.

    « Il devait partir ce jeudi dans les Alpes à moto avec sa femme. » Décrit par ses collègues comme très professionnel, Guy Dupont était une personne dévouée tant pour ses amis, sa famille et la collectivité.

    « Il se donnait beaucoup de mal, c’était quelqu’un de formidable, très humain, sociable avec une mentalité extraordinaire. Dès qu’une personne avait besoin d’aide, c’est vers lui qu’elle allait. Et s’il n’avait pas la solution, il faisait des recherches pour en proposer une. »

    Guy Dupont devait être retraité dans tout juste un an.

    L’Engissois était un passionné de moto, il avait pour habitude de chevaucher sa bécane et ce, hiver comme été. « La moto ? Il avait ça dans le sang.

    C’était un blagueur et une personne de bonne humeur. Il était connu de tous », ajoute Raymond Neven, échevin des travaux à la commune d’Engis.

    Guy Dupont appréciait également la nature.

    «À l’entendre, il aurait pu vivre en autarcie », poursuit son ami, Marc Bechet. « Il appréciait la nature. Il était aussi très cultivé et s’intéressait à tout.

    Serviable et à l’écoute, Guy s’est démené pour subvenir aux besoins de ses six enfants. » Le corps de Guy Dupont repose à son domicile à Engis, visite de 17 à 19 heures.

    La cérémonie d’adieu suivie de l’incinération au crématorium de Ciney sera célébrée au funérarium Georis de Neupré, le mardi 26 juillet à 9h30.

    L’inhumation des cendres au cimetière de Aux Houx est prévue à 14h30.

    Article de C.L source http://journal.lameuse.be/

     

    La Région wallonne prévoit des aménagements

    « Chaque année, nous comptabilisons un accident mortel », regrette Michel Lemmens, bourgmestre de Nandrin.

    Un verdict peu étonnant lorsqu’on sait que la route du Condroz est particulièrement accidentogène.

    Une situation à laquelle la Région wallonne souhaite remédier.

    « Le ministre Prévot a prévu, il y a trois mois de cela, de débloquer deux millions d’euros pour aménager la route du Condroz.

    Nous rencontrerons les différents responsables régionaux de la structure de la voirie régionale aux alentours du 15 août », annonce le maïeur qui insiste sur le fait que les discussions sont en cours mais qu’aucune date n’est avancée pour les travaux.

     C.L.

  • Un motard perd la vie dans un accident route du Condroz à Nandrin

    Source sudinfo 20 juillet 2016.JPG

    Un accident entre une voiture et un motard s’est produit il y a tout juste deux heures sur la route du Condroz (N63) au kilomètre 16 à hauteur de Nandrin.

    La voiture qui circulait vers Marche a coupé les deux bandes alors qu’une moto se dirigeait dans le sens de Liège.

    Celle-ci a percuté le flanc droit du véhicule.

    Article de Camille L

     

    L'article complet clic ici 

     

    deces.jpgEn mon Nom et au nom du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille

     

     

     

  • Attention accident grave à Nandrin en face de la station Gulf

    accident.jpg

    Attention grave accident à Nandrin en face de la station Gulf N63

    Route du Condroz 

    il semblerait accident entre une moto et une voiture 

     

     

  • Nathalie (23) perd la vie dans un accident à Nandrin : ses quatre amis sont blessés

    Accident Nandrin 5 juin 2016 sourcer Sudpresse.JPG

    Leur voiture a fait un « tout droit » dans un ravin

     

    Nathalie allait avoir 24 ans. Ce dimanche, à 4h30, la voiture dans laquelle se trouvait cette jeune fille de Herstal a quitté la route pour une raison inconnue, à Nandrin. Le bilan est lourd. La jeune femme a perdu la vie, ses quatre amis sont blessés, dont deux grièvement.

    Ce dimanche matin, rue de Berleur, à Nandrin, un épais brouillard rendait la visibilité laborieuse. Circuler sur cette route de campagne condruzienne relevait du véritable exploit de pilotage.

    Est-ce la cause du drame ? On l’ignore toujours. En fait, on ignore même presque tout de l’accident qui a coûté la vie à la jeune Nathalie Signoretti…

    Vers 4h30 du matin, les pompiers de Liège ont été appelés sur place.

    À l’angle de la rue de Berleur et du chemin du Meunier, en direction d’Anthisnes, la voiture dans laquelle Nathalie avait pris place en tant que passagère a fait un tout-droit et est tombée en contrebas, au fond d’un ravin où coule un petit ruisseau. L’auto a fini sa course sur le toit. Pour Nathalie, malgré l’arrivée des secours sur place, il n’y avait malheureusement plus rien à faire.

    La jeune Herstalienne allait fêter son 24e anniversaire le 29 juin prochain. Elle est décédée sur les lieux de l’accident. Elle n’était pas seule à bord. Avec elle, quatre de ses amis, tous originaires de Comblain-au-Pont (région liégeoise), sont blessés dont deux plus grièvement.

    Des amis d’enfance qui comptent dans leur rang trois membres d’une même famille. Caroline et Laurine Allary, des sœurs jumelles âgées de 19 ans. Leur frère aîné, Jérémy, fait aussi partie des blessés. Il est âgé de 22 ans. O’Bryan Simonis, le 4e occupant du véhicule a également été transporté à l’hôpital.

    Hier, en fin d’après-midi, les informations relatives à l’état de santé des blessés étaient plus rassurantes. Les jours de Caroline et Laurine, les plus sérieusement touchées, n’étaient plus en danger dimanche soir. Les deux garçons, quant à eux, vont physiquement bien.

    LES FUNÉRAILLES, CE JEUDI

    Vu la gravité de l’accident, et le nombre de victimes dénombrées, un important déploiement de services de secours a été nécessaire. Les victimes ont été hospitalisées au CHU de Liège et à l’hôpital sérésien du Bois de l’Abbaye.

    Le parquet de Huy se chargera de faire toute la lumière sur les circonstances de l’accident. Les funérailles de Nathalie seront célébrées le 9 juin prochain, dans la petite église de son village de Vottem.

    Elle laisse un frère, Luca, ses parents, Maria et Massimo, sa grand-mère Michelina et une famille qui doit désormais apprendre à vivre sans le magnifique sourire de la jeune femme. -

    Article de ALLISON MAZZOCCATO source Sudpresse Sudinfo http://journal.lameuse.be/

    Nathalie (en haut) a perdu la vie. Laurine, Caroline et Jeremy, des jumelles et leur frère aîné, sont blessés. Tout comme O’Bryan. © Sophie Kip/D.R. N

    Avis de décès de Nathalie Signoretti 

    Source Sudpresse 

    accident nandrin,décès,nandrin,condroz

     

  • Loïc, 24 ans, sauve une victime d’électrocution

    accident nandrin Loïc Cornelis photo de camile L Source Sudpresse.JPG

    La grue de Patrick Peeters a touché un câble à haute tension

     

    Un terrible accident est survenu rue de la Gendarmerie à Nandrin, ce mercredi après 15h. La grue de chantier de l’entreprise de toiture Peeters&fils a touché un câble à haute tension de 15.000 volts.

    Les ouvriers de cette entreprise nandrinoise, Patrick Peeters et son fils, ont été électrocutés. S’ils étaient encore en vie lors du transport à l’hôpital, c’est notamment grâce à Loïc Cornelis. Le Nandrinois de 24 ans leur a porté secours. Leurs jours étaient toujours en danger à l’heure d’écrire ces lignes.

     

    À 24 ans, Loïc Cornelis n’a pas froid aux yeux.

    Et c’est peu dire.

    Celui-ci se trouvait chez un ami lorsque la voisine a crié à l’aide voyant les deux couvreurs qui travaillaient sur son toit inconscients sur le sol. Un terrible accident venait de se produire dans la rue de la Gendarmerie à Nandrin.

    15.000 VOLTS

    La grue du chantier de l’entreprise de toiture Patrick Peeters & fils, installée depuis lundi, a touché un câble à haute tension de 15.000 volts !

    Un incident qui a blessé Patrick Peeters et son fils et choqué lourdement un autre ouvrier qui travaillait là. « Lorsque je suis intervenu, quelques riverains étaient déjà sur place.

    Ils avaient géré la circulation, appelé les secours et déplacé les corps afin que l’on puisse intervenir », explique le jeune Nandrinois. « J’ai vu plein de gens attroupés autour des victimes.

    Je me suis dit que cela ne servait à rien de regarder, qu’il fallait agir, alors j’ai aidé l’une des deux victimes. »

    C’est ainsi que, ni une, ni deux, Loïc se précipite sur Patrick Peeters, victime d’un arrêt cardiaque. « J’ai relayé une personne qui était déjà en train de lui faire un massage. Peu de temps après, un infirmier est arrivé sur place. Il m’a donné les instructions et m’a relayé. En même une troisième personne s’occupait du bouche-à- bouche. »

    C’est donc grâce à la solidarité et à la mobilisation citoyenne que les deux victimes ont été gardées en vie jusqu’à l’arrivée des secours. « Nous avons été appelés à intervenir à 15h27.

    Trois personnes travaillaient sur le toit de la maison en question », confirme le capitaine Jadot de la zone de secours Hemeco. « Deux personnes ont été réanimées sur place.

    L’un est parti via l’hélicoptère du centre héliporté de Bra-sur-Lienne au CHU de Liège.

    L’autre est parti à Huy. Le troisième individu n’était pas blessé mais sous le choc. »

    En tout, deux SMUR et deux ambulances ont été envoyés.

    A l’heure d’écrire ces lignes, les jours des deux victimes étaient toujours en danger. « Il s’agit d’un accident de travail, le Parquet de Liège a été avisé. »

    C’est l’auditorat du travail qui s’occupe désormais de cette affaire. La police a balisé toute la zone. Dans la rue, les riverains étaient tous sous le choc de cet accident.

    Pour Loïc Cornelis, qui a fait preuve d’un acte héroïque, cet événement l’a remotivé. « J’ai toujours voulu faire ambulancier mais finalement j’ai décidé de suivre une formation de couvreur.

    J’avais déjà passé mon brevet de premier secours à la Croix-Rouge.

    Je suis remotivé pour devenir ambulancier. »

    article de C.L source Sudinfo http://journal.lameuse.be/

     

  • Les riverains privés d’électricité et d’eau mercredi 25 mai 2016 après midi à Nandrin

    accident source sudpresse.JPG

    Un terrible accident est survenu rue de la Gendarmerie à Nandrin, ce mercredi après 15h.

    La grue de chantier de l’entreprise de toiture Peeters&fils a touché un câble à haute tension de 15.000 volts

    Cet accident a privé tout Nandrin d’électricité. Selon les riverains, l’opérateur Resa a coupé le courant aux alentours de 15 heures, après l’accident.

    « Les grosses cabines de distribution d’électricité ont toutes sauté suite à l’accident. Les agents de Resa sont intervenus rapidement sur place et vers 16h15, le courant était rétabli pour tous les Nandrinois », explique le capitaine Jadot de la zone de secours Hemeco.

    Les riverains ont également été privés d’eau.

    « La Société wallonne des eaux a dû intervenir car les pompes du château d’eau étaient à l’arrêt », indique encore le capitaine.

    Article de C.L. source Sudinfo http://journal.lameuse.be/

     

  • Article complet sur l'accident rue de la gendarmerie à Nandrin et le témoignage de Loïc Cornélis

    loic.JPG

     

    Un terrible accident est survenu rue de la Gendarmerie à Nandrin, ce mercredi après 15h. La grue de chantier de l’entreprise de toiture Peeters&fils a touché un câble à haute tension de 15.000 volts.

    Les ouvriers de cette entreprise nandrinoise, Patrick Peeters et son fils, ont été électrocutés. S’ils étaient encore en vie lors du transport à l’hôpital,

    c’est notamment grâce à Loïc Cornelis.

    Le Nandrinois de 24 ans leur a porté secours. Leurs jours étaient toujours en danger à l’heure d’écrire ces lignes.

     

     

    L'article Complet en page 5 du journal La Meuse H-W d'aujourd'hui  Clic ici 

     

  • Deux ouvriers ont été électrocutés à Nandrin

    1870546041_B978760636Z.1_20160525184101_000_GLO6SBOIT.2-0.jpg

    Deux ouvriers ont été électrocutés mercredi à 15h25, alors qu’ils travaillaient  à Nandrin.

    Les deux hommes ont été grièvement blessés alors qu’ils étaient occupés sur une ligne à haute tension de 15.000 volts.

    Deux SMUR et l’hélico médicalisé de Bra-sur-Lienne sont intervenus. Les deux hommes ont été transportés à l’hôpital. L’un au CHU de Liège, l’autre au CHR de Huy.

    L’accident a provoqué une panne d’électricité dans la commune.

    Resa a rétabli le réseau vers 16h15.

    Article et photos clic ici