À vous la parole à Nandrin

  • Dans la rubrique "À vous la parole à Nandrin" NON, ils ne sont pas contre tout.

    a vous la parole Nandrin.jpg

     

    Courrier des lecteurs,reçu pour la rubrique 

    "À vous la parole à Nandrin" 

    NON, ils ne sont pas contre tout.

    Dans le cadre des festivités se déroulant à Nandrin, quelques jours précédant le Grand Feu, les riverains du quartier du Péry ont reçu un courrier de l'ACAN les invitant à venir partager avec eux d'agréables moments de divertissement. Si l'accès pour les différentes animations était gratuit, à la surprise générale, pour profiter de quelques heures de convivialité entre villageois durant la soirée de carnaval, il fallait payer un droit d'entrée de 8€. Stupéfiant ! Le prix d'entrée n'avait été nullement mentionné dans aucun flyer distribué dans toutes les boîtes aux lettres de la commune et disponible dans les commerces, ni sur les affiches collées dans toute la région, ni sur ce même blog.

    Dans ce même courrier, le feu d'artifice était annoncé vers 20h30. Il faut déplorer que cet horaire n'ait pas été respecté puisqu'il a été tiré à 19h45. Nombreux sont les spectateurs qui ont raté le tir. Cette anticipation sur l'horaire a également eu un effet regrettable pour les propriétaires d'animaux de compagnie qui désiraient les mettre à l'abri et qui ont finalement été pris au dépourvu. A quoi faut-il attribuer l'erreur? A un problème de communication? D'organisation?

    Rue du Péry, les habitants sont enchantés… Ils ont été fortement dérangés dans leur "sommeil" entre 1h et 2h30. En cause, les innombrables manœuvres de demi-tour des véhicules dans leur allée de garage, mais également, des noctambules sans scrupules qui chantaient et criaient, sonnaient aux portes d'entrée et regardaient à l'intérieur des maisons au travers des fenêtres. Certains poussaient même l'incivisme jusqu'à uriner à l'intérieur des propriétés.

    Les organisateurs vantent le site du Péry comme étant le lieu "plus facile pour les gens pour se parquer" (Vers l'Avenir du 13 mars 2017). Quand on sait qu'ils tablent sur 1000 entrées pour la soirée, on est en droit de s'interroger sur l'efficacité en termes de bonne gestion de capacité d'accueil pour les véhicules. Il n'y a aucun parking affecté si ce n'est un emplacement pouvant accueillir une bonne vingtaine de voitures. Dès lors, les rues étroites qui jouxtent l'accès au site font, à elles-seules, office de parking avec tous les problèmes que cela engendre.

    Concernant la programmation musicale, dans un article de presse locale du 7 mars dédié au Grand Feu, les organisateurs avaient annoncé qu'ils supprimaient la soirée techno et que les festivités se clôtureraient par une soirée années 80' "pour attirer jeunes et moins jeunes", et dans le but de "revenir à quelque chose de moins gigantesque, de plus traditionnel", précisaient-ils. De plus, le bourgmestre avait confirmé et ajouté lors du conseil communal de février que la soirée serait "musette" / années 80'.

    Dans la réalité, une fois de plus, les riverains ont eu à subir, cinq heures durant au seing de leur habitation, le matraquage des coups de basses à des seuils de niveaux sonores élevés puisque la soirée était principalement techno avec un saupoudrage des années 80-90'. Tous les riverains ont été leurrés par cette fausse annonce prétextant revenir sur une soirée plus traditionnelle qui "devait contenter tout le monde". Clairement, on peut dire qu'il s'agissait de la première soirée techno de retour sur le site du Péry maquillée sous le couvert d'une soi-disant soirée carnavalesque.

    Par le passé, les riverains, rapport à l'appui, ont démontré et mis en évidence en objectivant que le site du Péry est inapproprié pour la diffusion de musique électro. Le Conseil d'État a déjà rendu son avis en donnant raison aux riverains contre les nuisances sonores, mais en dépit de ce jugement de la plus haute instance juridique, les riverains souffrent toujours de ces émissions de basses qui rendent fou, font mal aux oreilles, provoquent des maux de tête et génèrent un stress intense, et quelques fois 12 heures durant pour certaines manifestations.

    Les riverains ne sont nullement opposés à une animation musicale pour poursuivre la fête après le Bûcher de la Macrâle comme cela se pratique dans les autres villages du Condroz (par ex. Neupré, Sprimont). Bien au contraire, ils seraient même ravis de pouvoir participer à pareil événement festif local, coutumier, tout en partageant un verre avec les organisateurs, les pouvoirs locaux, les commerçants. Ils l'ont dit et répéter à maintes reprises.

    Malheureusement, lorsqu'on organise une soirée au Péry, cela conduit inéluctablement à de la musique électro. Le choix et la volonté indéfectible de diffuser ce type de musique est un frein et n'est certainement pas le meilleur choix, ni la meilleure formule pour marier toutes les générations, ni pour perpétuer une véritable tradition populaire.  

    À Nandrin, est-il impossible, inconcevable pour les organisateurs d'accommoder la soirée du grand feu dans une réelle approche "musette", plus populaire? Ce type de soirée artificielle, avec de la musique électro ne s'inscrit pas vraiment dans l'âme du patrimoine culturel, traditionnel des anciennes coutumes villageoises de nos contrées.

    Le voisinage du Péry ne forme  pas le dernier village Gaulois du Condroz. Ses occupants défendent  le folklore et aiment s'amuser. Par la présente, ils lancent un nouvel appel avec l’espoir d'être entendu par les organisateurs afin de les inciter à faire le saut vers une réelle soirée traditionnelle de village digne de ce nom.  

    L'intention de revenir sur une soirée plus traditionnelle n'était que de la poudre jetée aux yeux pour faire bonne figure au travers de la presse. En conséquence, à l'avenir, les riverains n'écouteront plus le chant des sirènes et prendront à nouveau des dispositions pour faire respecter les normes acoustiques à l'intérieur de leur habitation, si d'aventure, d'autres organisateurs d'évènements de type électro, avec diffusion intense de basses, projettent de se produire sur le site du Péry.

    NON, les riverains du Péry ne sont pas contre tout comme le déclare le bourgmestre dans le journal (Vers l'Avenir du 14 mars 2017), et ils sont choqués et outrés à la fois par un tel  propos généralisé. Ils sont bel et bien victimes des nuisances et des désagréments qui s'accompagnent lors de chaque déroulement de manifestation sur le site du Péry.

    Les revendications ainsi que les plaintes des riverains sont déformées afin de les discréditer et de les cataloguer sous forme discriminatoire. Dans ce même article, le bourgmestre leur prête des critiques qu'ils n'ont jamais formulées comme le fait d'être contre le football ou mieux encore contre les jeunes !

    Certes, en référence aux jeunes et au football, des riverains se sont plaints en faisant appel à la police contre les rodéos pratiqués par une poignée de jeunes en voiture sur le terrain de football situé à coté du parc. De surcroît, ils diffusaient de la musique à partir de sonos puissantes installées dans le coffre ouvert de leurs véhicules jusqu'à des heures tardives. Tous les jours, des promeneurs devaient constater les déchets, les canettes et bouteilles vides jetées, disséminés sur la pelouse, à l'entrée du parc, .... Sans compter le saccage de la tribune couverte occasionné par les tirs sauvages de ballon sur le bardage en tôle ondulée.

    Fallait-il laisser libre cours à ces comportements et ces exactions sans les dénoncer? Quel est le lien entre ces faits de vandalisme avec la jeunesse et la pratique du football ? Il semble que le raccourci est lamentable et l'amalgame vite réalisé pour taxer les riverains d'être contre les jeunes et le football.

    Enfin, pour couper les ailes au canard une bonne fois pour toute, au chapitre des logements sociaux, les riverains tiennent à préciser qu'ils ne s'opposent pas sur le principe même, mais contestent le fait que dans le projet ceux-ci se concentreront à l'avant du terrain et empièteront également sur le parc communal au lieu d'être répartis sur le terrain qui leur était initialement attribué (dénommé le verger ou plus communément le terrain à moutons et aux ânes). Par conséquence, ils se mobilisent et se battent pour la préservation du parc communal avec en son seing un patrimoine architectural, la villa du CPAS.

    Prochainement, à quels commentaires les riverains du Péry doivent-ils s'attendre à lire dans la presse? Qu'ils sont contre les scouts, la chasse aux œufs, les crèches, les ainés, les cyclistes, les marcheurs, …?

     

    CRAVN asbl (Collectif pour la Ruralité et l'Art de Vivre à Nandrin)

    à vous la parole 1.JPG

    à vous la parole 1a.JPG

    A vous la parole - NON, ils ne sont pas contr tout clic ici.pdf

    "À vous la parole à Nandrin" clic ici 

     

     

  • Nandrinois "À vous la parole"

    a vous la parole Nandrin.jpgVous voulez agir ou réagir ? Écrivez à nandrin.blog@gmail.com

     Ne seront publiées que les lettres portant les noms, prénoms, adresses mails valides .

    Vous avez la parole !!!! 

     

    L'actualité locale, communale, nature, festive, gastronomique, touristique, venez partager vos idées, proposer vos solutions, vos questions, vos organisations, vos découvertes, vos passions, etc.

    Devenez l'acteur d'un poste sur le Blog de Nandrin.

    Tous les sujets sont intéressants pour ouvrir un débat constructif.

    Les règles du Blog restent en vigueur également pour l'auteur d'un poste.

     nandrin.blog@gmail.com et comme objet pour la rubrique:

     "À vous la parole"